Peine de 4 ans réclamée pour le couple de pédophiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peine de 4 ans réclamée pour le couple de pédophiles

Message  PapaThème le Dim 18 Jan 2009 - 1:38

Publié le 04 novembre 2008 à 17h05 | Mis à jour le 04 novembre 2008 à 21h40

Peine de 4 ans réclamée pour le couple de pédophiles

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Richard Hénault
Le Soleil

(Québec) Le ministère public a réclamé hier qu'une peine de quatre ans de pénitencier soit imposée aux deux hommes qui ont agressé sexuellement le fils de l'un d'eux durant plus de deux ans. Pour sa part, l'avocat des accusés s'est dit d'avis qu'une peine de deux à trois ans leur conviendrait mieux.

Au stade des représentations sur la peine à infliger à Gilles Charron, 52 ans, et à Michel-Arthur Roy, 61 ans, la procureure de la Couronne, Me Carmen Rioux, a longuement insisté sur le caractère négatif se dégageant des rapports présentenciel et sexologique. Dans ceux concernant Charron, le père de l'adolescent âgé de 15 à 17 ans au moment des agressions, il ressort que, selon lui, ses relations avec son fils se sont améliorées lorsque celui-ci est allé vivre avec Roy et lui.«Je regrette, a balbutié Charron, hier. Je m'excuse à Cédric. Celui à qui j'en veux le plus, c'est moi-même.»

Les spécialistes estiment que le quinquagénaire diminue l'importance et la fréquence des relations sexuelles avec l'adolescent, selon qui ces relations étaient au moins hebdomadaires. Les risques de récidive dans le cas de Charron sont d'autant plus élevés qu'il entretient un intérêt homosexuel pour les garçons et les hommes de tous âges.

Quant à Roy, il se dégage de ses rapports qu'il n'éprouvait que mépris pour la victime à l'époque des abus sexuels. Vivant en couple avec le père de la victime depuis 1981, le sexagénaire considère que ses actes n'ont pas eu d'impact négatif sur le garçon puisque, selon lui, il consentait à avoir ces relations sexuelles. Dans le cas de Roy, les spécialistes ont diagnostiqué une attirance pour les adolescents.

Pas d'antécédents

Les deux hommes qui avaient plaidé coupable aux accusations n'avaient pas d'antécédents judiciaires en semblable matière. La procureure de la Couronne a par ailleurs rappelé qu'ils avaient eu l'occasion de mettre fin à leurs gestes comprenant des tentatives de sodomie lorsqu'un représentant de la DPJ s'est présenté chez eux à la suite d'une plainte de l'adolescent, qui n'a pas été cru.

Rappelant que les deux accusés ont eux-mêmes été victimes d'agression sexuelle lorsqu'ils étaient jeunes, leur avocat, Me Pierre Desruisseaux, a souligné l'importance de la prévention afin d'interrompre ce cycle. Selon l'avocat, les deux hommes voulaient signifier leur remords à la victime en acceptant d'être envoyés au pénitencier.

Le juge Pierre Rousseau a reporté sa décision sur la peine à la fin du mois, refusant de faire incarcérer les deux pédophiles d'ici là.

(mon soulignement)

On constate que comme pour les victimes du bourreau de Beaumont qui ont vécu l'enfer durant 14 ans aux vues et aux sus de la DPJ (pour ne donner que cet exemple), cet Enfant là à été maintenu dans son enfer alors que la DPJ savait pourtant. Ainsi, toujours fin stratèges la DPJ entretient le cycle.
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum