L'après-rupture - Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'après-rupture - Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.

Message  PapaThème le Mar 2 Déc 2008 - 1:01

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


1er décembre 2008

LES ALLIÉS DE LA CAMPAGNE MENSONGÈRE

DE LA FÉDÉRATION DES FEMMES DU QUÉBEC...

Voici la liste des organismes qui ont collaboré à la campagne contre la violence à l'endroit des femmes de la Fédération des femmes du Québec, campagne fondée sur des faussetés statistiques,


En 2008, la violence frappe encore chaque jour des milliers de femmes au Québec.
Campagne nationale de la violence faite aux femmes, Fédération des femmes du Québec
En ligne: http://www.ffq.qc.ca/actions/6decembre2008.html

NDLR: Il y a eu un total de 365 000 incidents au Québec au cours de 2004 ), dont environ 187 300 subis par les hommes, et 177 600 par les femmes. Comme 2004 est une année bissextile de 366 jours, il appert que les femmes de 15 ans et plus au Québec rapportent en moyenne 485 incidents par jour et les hommes 512. Le rapport de Statistique Canada montre que le Québec est la province avec les taux de victimisation de loin les moins élevés au Canada, soit 59 par 1 000 habitants.
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#fede

et autres mensonges féministes qui ont pour unique objectif de soutirer encore plus d'argent des coffres de l'État sous forme de subventions.

Les ressources sont insuffisantes et inadaptées pour répondre à toutes les demandes d’aide, particulièrement pour les femmes autochtones et pour celles vivant avec un handicap. Nous déplorons également le manque de ressources en matière d’agression sexuelle. Nous réclamons le financement des ressources de prévention et d’aide. Trop de femmes violentées se voient refuser l’aide dont elles ont besoin !
Campagne nationale de la violence faite aux femmes, Fédération des femmes du Québec
En ligne: http://www.ffq.qc.ca/actions/6decembre2008.html

Le récent rapport de recherche de L'après-rupture démontre qu'au cours des ans ces subventions ont coûté aux contribuable québécois des milliards de dollars... pour venir en aide à des milliers de victimes qui n'ont jamais existées.

En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/recherche.html

Comment ne pas crier notre douleur pour les 874 femmes et enfants qui, depuis Polytechnique, meurent deux fois plutôt qu’une : une première fois par meurtre et une deuxième fois par notre incapacité à empêcher de telles atrocités.
NDLR: Était en ligne, modifié depuis... http://www.afeas.qc.ca
Ce chiffre provient probablement de la Coalition contre le sexisme, formée de Martin Dufresne, traducteur, président, secrétaire et seul membre du Collectf. Un parfait inconnu dans la communauté scientifique.
Pour en savoir plus sur le "sérieux" de ces chiffres, écoutez:
http://www.radioego.com/ego/listen/1323

Il est temps qu'une Commission d'enquête fasse la lumière sur cette scandaleuse fraude intellectuelle qui a coûté une fortune aux contribuables au fil des ans. Vaste détournement d'argent par le lobby féministe, argent qui aurait pu servir à désengorger nos hôpitaux, à réparer nos routes, à soutenir nos familles, nos aînés etc...

Ce n'est pas un ruban blanc qu'il faudrait porter, mais bien un ruban noir pour dénoncer le gaspillage éhonté de l'argent des contribuables par nos féministes professionnelles qui ont fait de la martyrologie féminine une industrie fort lucrative!


Plus de 50% des Canadiennes seront victimes de violence à un moment donné de leur vie, généralement avant l’âge de 25 ans, et dans la plupart des cas, elles connaissent leur agresseur.
Extrait du communiqué de presse du 25 novembre 2008 du YWCA

En ligne: http://sisyphe.org/spip.php?article3145

NDLR: Le chiffre de 50% provient probablement de l'Enquête sur la violence faite aux femmes de 1993 et reflète la situation des années '70; de plus la méthodologie de cette enquête a été largement critiquée par les experts. Logiquement, toute personne a, à un moment de sa vie, été victime d'une agression quelconque. De là à en faire un fléau de violence, il y a une marge!

"En signant cette déclaration, nous nous engageons dans l’action. Joignez-vous à nous ! Du 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, au 6 décembre, Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes, portons le ruban blanc en signe de notre solidarité.

Liste des organismes signataires de la campagne de la Fédération des femmes du Québec:

En ligne:
http://www.ffq.qc.ca/actions/6-decembre-2008/Signataires-declaration-violence-25novembre2008.html
Et source de financement de ces organismes provenant des impôts des Québécois:
En ligne: http://142.213.167.138/bd_recherche/portrait/FormRepOrg.asp

Afeas Estrie
Afeas Provinciale - MESS 106 601$
Afeas St-Augustin
Alliance des professeures et professeurs de Montréal
Alliance du personnel professionnel et technique de la sante et des services sociaux
Alternative pour Elles de Rouyn-Noranda
Amnesty International Group 14 Montreal/West Island
Amnistie internationale
Assemblées de groupes de femmes d'interventions régionale - MCCCF:18000 MESS: 57 000$
Association de défense des droits sociaux de la Vallée de l'Or - MESS (SACA) 34 000$
Association des Religieuses pour la promotion des femmes
Association des retraitées et retraités de l'enseignement du Québec
Association pour la défense des droits sociaux Québec métro
Auberge Transition - MSSS 538 471$
Avec des Elles - MSSS 135 053$
CALACS de Charlevoix - MSSS 152 823$
CALACS L’espoir des Îles - MSSS 101 725$
Campus féministe UdeM
Carrefour d'alimentation et de partage Saint-Barnabé - MSSS 87 816$
Carrefour de participation, ressourcement et formation - MELS 85 000$
Carrefour des Femmes d'Anjou - MSSS 130 710$, MFA 12 500$
Carrefour pour Elle - MSSS 591 537$
Centrale des syndicats démocratiques
Centre Centre Communautaire des Femmes Sud-Asiatique - MSSS 130 715$, MICC 127 947$
Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de la région Chaudière-Appalaches - MSSS 232 193$


Les ressources sont insuffisantes et inadaptées pour répondre à toutes les demandes d’aide, particulièrement pour les femmes autochtones et pour celles vivant avec un handicap. Nous déplorons également le manque de ressources en matière d’agression sexuelle. Nous réclamons le financement des ressources de prévention et d’aide. Trop de femmes violentées se voient refuser l’aide dont elles ont besoin !
Campagne nationale de la violence faite aux femmes, Fédération des femmes du Québec
En ligne: http://www.ffq.qc.ca/actions/6decembre2008.html

La longueur du message dépasse la limite autorisée.
Suite prochain message...
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

LA FFQ et ses complices (la suite)

Message  PapaThème le Mar 2 Déc 2008 - 1:13

Centre d'éducation et d'action des femmes - MSSS 154 365$
Centre de femmes Centr'Elles
Centre de femmes Entre Ailes Ste-Julie
Centre de femmes L'Autonomie en Soie
Centre de Femmes Les Elles du Nord - MSSS 189 237$
Centre de prévention des agressions de Montréal - MSSS 142 354$
Centre de solidatié lesbienne
Centre des femmes de Forestville - MSSS 142 264$
Centre des femmes de Laval - MSSS 175 348$, MFA 5 500$
Centre des femmes de Verdun - MSSS 138 725$
Centre des femmes du O Pays
Centre des femmes du Plateau Mont-Royal - MSSS 138 728$, MESS 165 862$
Centre des femmes l'Essentielle
Centre des femmes l'Héritage
Centre des travailleuses en maisons privées
Centre Entre-Femmes de Rouyn-Noranda
Centre Femmes en Mouvement
Centre Femmes l'Ancrage - MSSS 133 188$
Centre Justice et Foi
Centre-Femmes aux 4 vents - MSSS 142 220$
Centre-Femmes du Grand-Portage - MSSS 144 768$
Centre-Femmes La Jardilec - MSSS 141 458$, MCCCF 14 500$

Collectif pour un Québec sans pauvreté
Comité condition féminine Baie-James - MESS 40 000$
Comité d’aide aux femmes sourdes de la région de Québec - MSSS 100 775$
Comité de la condition des femmes de la CSQ
Comité des femmes du CCQCA (CSN)
Comité priorité violence conjugale
Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle
Congrégation Notre-Dame
Conseil central du Montréal métropolitain CSN
Conseil central national CSN
Conseil des femmes de Montréal / Montreal Council of Women
Conseil régional FTQ Montréal métropolitain
Conseil régional FTQ Québec et Chaudière-Appalaches
Entr'elles - MSSS 271 635$
Fédération autonome du collégial
Fédération de ressources d'hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec - MSSS 107 450$, MICC 15,750$
Fédération des associations des familles monoparentales et recomposées du Québec - MESS 240 000$
Fédération des enseignantes et enseignants de cégep
Fédération des femmes du Québec - MCCCF 16 000$, MESS 73 774$, MICC 8 000$
Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec
Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec
Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec
Hélène Felteau
Femmes arabes magazineFemmes du monde à Côte-des-Neiges - MSSS 145 993$, MFA 5 500$
Front commun des personnes assistées sociales du Québec - MESS 59 450$
Front d'action populaire en réaménagement urbain - MESS 112 404$
Groupe A.S.P.F./Auberge Shalom pour femmes - MSSS 506 929$
Groupe Solidarité Justice
Halte-femmes Montréal-Nord - MSSS 226 097$, MFA 10 000$
Havre L'Éclaircie - MSSS 554 097$


3.72 Le MSSS ne respecte pas non plus la décision du Conseil du trésor relativement aux normes de ce programme de subvention. Ces normes prévoient, pour un organisme qui offre de l’hébergement, une subvention maximale de 350 000 dollars annuellement. Toutefois, plusieurs maisons d’hébergement pour femmes violentées ou en difficulté reçoivent une subvention annuelle de 500 000 dollars et plus.
Extrait du rapport du Vérificateur général du Québec à l'assemblée nationale pour l'année 2008-2009, chapitre 3
En ligne: http://www.vgq.gouv.qc.ca/publications/rapp20082009/Rapport2008-2009-T1.pdf

Horizon pour elle - MSSS 535 638$
Ilot d'espoir
Info-Femmes - MSSS 134 809$, MESS 38 513$
Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM
Intersyndicale des femmes
Inter-Val - MSSS 537 424$
La Bouée régionale - MSSS 488 038$
La Clé sur la Porte St-Hyacinthe - MSSS 586 582$
La Débrouille - MSSS 524 985$
La Gitée
La Méridienne - MSSS 461 567$
La Mouvance Ste-Eustache - MSSS 147 899$, 5 500$
La Passe-R-Elle des Hautes-Laurentides - MSSS 503 040$
La Re-Source de Châteauguay - MSSS 542 876$
La Rose des Vents - MSSS 487 266$
La Séjournelle - MSSS 487 516
Le Cran des femmes
Le Far de Trois-Rivières - MSSS: 507 736$
Le Toit de l'Amitié - MSSS 497 710$
L'Élan-CALACS - MSSS 204 624$


Le MSSS et les agences vérifiées n’effectuent pas de réévaluation systématique et périodique du montant accordé à chaque organisme en fonction de ses réalités, donc de ses besoins réels et de son offre de services.
Extrait du rapport du Vérificateur général du Québec à l'assemblée nationale pour l'année 2008-2009, chapitre 3
En ligne: http://www.vgq.gouv.qc.ca/publications/rapp20082009/Rapport2008-2009-T1.pdf

Les Maisons de l’Ancre - MSSS 496 570$
Ligue des droits et libertés - MESS 70 821$
L'R des centres de femmes du Québec - MSSS 170 000$
Madame prend congé Pointe-St-Charles - MSSS 138 699$
Maison Accalmie - MSSS: 308 733$, MSP: 15 192
Maison Alice Desmarais de Granby - MSSS: 510 197$
Maison d'Accueil le Mitan, Ste-Thérèse - MSSS: 538 442$
Maison d'Ariane - MSSS: 507 727$
Maison De Connivence - MSSS: 487 266$
Maison de Lina - MSSS 216 220$


En ce qui concerne les organismes communautaires, l’information disponible dans les dossiers analysés ne nous permet pas de conclure qu’ils utilisent le soutien financier accordé par le MSSS et les agences de façon adéquate
Extrait du rapport du Vérificateur général du Québec à l'assemblée nationale pour l'année 2008-2009, chapitre 3
En ligne: http://www.vgq.gouv.qc.ca/publications/rapp20082009/Rapport2008-2009-T1.pdf

Maison des femmes de Baie-Comeau - MSSS: 478 341$
Maison des femmes des Bois-Francs - MSSS: 143 003$
Maison du Coeur pour femmes - MSSS: 487 077$
Maison Halte-Secours
Maison Hina - MSSS: 525 914$
Maison Isa
Maison l’Amie d’Elle - MSSS: 501 733$
Maison l’Émergence - MSSS: 477 037$
Maison La Chambrée - MSSS: 500 617$
Maison La Nacelle - MSSS: 477 031$
Maison La Source - MSSS: 598 719$
Maison La Traverse - MSSS: 528 195$
Maison l'Aquarelle - MSSS: 518 112$


Le MSSS et les agences ne font pas d’évaluation de programme appliquée aux organismes communautaires. Ils ne s’assurent pas non plus que les organismes subventionnés procèdent à l’évaluation de leurs activités. Ils ne peuvent donc pas juger du degré d’atteinte des objectifs poursuivis.
• Enfin, le MSSS et les agences vérifiées ne disposent que de peu d’informations sur les organismes qu’ils subventionnent.

Extrait du rapport du Vérificateur général du Québec à l'assemblée nationale pour l'année 2008-2009, chapitre 3
En ligne: http://www.vgq.gouv.qc.ca/publications/rapp20082009/Rapport2008-2009-T1.pdf

Maison Le Nid-Val-d'Or - MSSS: 502 716$
Maison Le Prélude - MSSS: 580 041$
Maison l'Esther - MSSS: 518 904$
Maison l'Ombrelle - MSSS: 507 736$
Maison l'Orée de Pabos - MSSS: 415 622$
Maison Mikana - MSSS: 488 196$
Maison pour femmes immigrantes - MSSS 545 881$
Maison Simonne-Monet-Chartrand - MSSS: 484 765$
Mirépi
Mouvement contre le viol et l'inceste - MSSS: 389 214$
Mouvement d'éducation populaire et d'action communautaire du Québec - MESS: 136 856$
Pavillon Marguerite de Champlain - MSSS 545 814$
Point d'appui - MSSS 227 892$
Pour Elles des deux Vallées - MSSS: 477 018$
Professionnel(le)s en Soins de Santé Unis
if 02, TCGFSLSJ
Refuge pour les femmes de l'Ouest de l'Ile - MSSS: 537 516$
Regard en elle - MSSS: 538 440$
Regroupement des familles monoparentales et recomposées de Laval - MFA: 75 573$
Regroupement des femmes de la Côte-Nord - MCCCF 20,000$, MESS 77 375$
Regroupement des femmes La Sentin'Elle - MESS: 686$, MSSS: 131 115$, MCCCF: 17 175$
Regroupement des groupes de femmes de la région de la capitale nationale (Port-Neuf, Charlevoix, Québec) - MSSS: 45 918$
Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec - MSSS: 121 000$
Regroupement des organismes Espace du Québec - MSSS: 159 846$
Regroupement québécois des CALACS - MSSS: 210 745$
Re-Nou-Vie - MSSS: 161 804$
Réseau d’action des femmes en santé et services sociaux de Montréal - MSSS: 53 174$
Réseau des femmes des Laurentides - MESS:68 000$
Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches - MESS 57 000$
Réseau des lesbiennes du Québec - MESS 49 500$
Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec - MESS 57 000$
Réseau québécois d'action pour la santé des femmes - MESS 233 900$
Rose du Nord
Section locale 82 du SCEP
Sœurs des SS CC Jésus Marie
SOS Violence conjuguale - MJQ 462 435$
SPSICR du CSSS de Gatineau
SPSQ du CSSS de la Vieille Capitale
Stella, l’amie de Maimie - MSSS: 133 918$
Syndicat de la fonction publique du Québec
Syndicat de l'enseignement de la région de Québec
Syndicat de l'enseignement du Bas-Richelieu
Syndicat des employées et des employés de soutien de l'UQAM
Syndicat des enseignantes et enseignants du cégep de Victoriaville
Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois
Syndicat des professionnelles de la santé Haut-Richelieu/Rouville
Syndicat des professionnelles en soins de l'Estrie
Syndicat des professionnelles en soins du CSSS du Cœur de l'île
Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires CSSS de Gatineau
Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires du CUSM
Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et respiratoires de la Haute-Yamaska
Syndicat interprofessionnel de la santé du CHUS
Syndicat professionnel en santé CSSS Lac-des-Deux-Montagnes
Syndicat régional des professionnelles en soins du Québec
Table de concertation contre la violence faite aux femmes et aux adolescentes de Jonquière
Table de concertation de Laval en condition féminine - MCCCF: 17 000$
Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie et des Îles - MESS 11,000$, MCCCF: 16 500$ MESS: 57 000$
Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie - MCCCF: 18 000$, MESS 57 000$
Table des groupes de femmes de Montréal - MCCCF: 18 000$, MESS: 57 000$
Table régionale des centres de femmes Montréal métropolitain-Laval
Table ronde des OVEP de l'Outaouais
Techsansviolence.net
Viol-Secours
Y des femmes de Montréal "

PRÉCISION:

1) À ces montants, il faudrait ajouter ceux provenants de fondations et de dons de toutes sortes, et dans le cas des syndicats, des cotisations de leurs membres.

2) Les montants de notre lettre ouverte concernent une seule année...

3) Il faudrait tenir compte de l'année de la création de l'organisme dans chaque cas et ensuite totaliser les sommes versées par les contribuables au fil des ans... On ne parlerait plus alors de millions gaspillés mais bien de milliards!

L'ÉQUIPE DE RECHERCHE DE L'APRÈS-RUPTURE -
<recherche@lapresrupture.qc.ca>
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le ruban sexiste

Message  PapaThème le Mar 2 Déc 2008 - 11:00

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


2 décembre 2008


QUEL RUBAN PORTEZ-VOUS ?



Le vendredi 20 mai 1988, la petite ville de Winnetka, en banlieue de Chicago, bascule dans l’horreur lorsque Laurie W. Dann, une jeune femme de 30 ans, entre à l’école Hubbard Woods munie de 3 armes de poing. Elle se dirige vers une classe de deuxième année et ouvre froidement le feu.

Elle abat Nicky Corwin, 8 ans et blesse sérieusement Robert Trossman, 6 ans, Mark Teborek, 8 ans, Peter Munro, 8 ans, Lindsay Fisher, 8 ans et Kathryn Miller, 7 ans.

Avant l’arrivée des policiers, Dann fuit l’école et se réfugie à l’intérieur d’une maison du voisinage où se trouvent Philip Andrew et ses parents. Dann consent à laisser partir les parents mais garde le jeune homme avec elle. Lorsqu’elle entend venir les policiers, elle tire sur le jeune Philip avant de s’enlever la vie dans une chambre de la maison.

Agé d’à peine 20 ans et champion de natation, la vie de Philip bascule en ce vendredi de printemps : il est atteint à la poitrine par une balle qui perfore son poumon et endommage l’œsophage, l’estomac et le pancréas.

Philip Andrew a miraculeusement survécu à cette tentative d’assassinat et milite aujourd’hui pour le contrôle des armes à feu dans son pays. Laurie Dann est morte en emportant le secret sur ses motivations à commettre un acte aussi insensé. La tuerie de Winnetka constitue le premier d’une série de drames qui secoueront les écoles américaines durant les années 90.

Nicky Corwin, 8 ans, abattu
Robert Trossman, 6 ans, grièvemement blessé
Mark Teborek, 8 ans, grièvement blessé
Peter Munro, 8 ans, grièvement blessé
Lindsay Fisher, 8 ans, grièvemement blessé
Kathryn Miller, 7 ans, grièvement blessée
Philip Andrew, 20 ans, très grièvement blessé et handicapé

7 victimes dont 6 garçons. Cela se passait le 20 mai 1988, un an avant Polytechnique.


QUEL RUBAN AVEZ-VOUS PORTÉ LE 20 MAI DERNIER ?

Un an avant cette horreur, Brenda Spencer, une jeune femme de 17 ans, entrait dans l’école Cleveland Elementary, le matin du 16 janvier 1979. Elle ouvrait le feu pendant 20 minutes et tuait le directeur, le gardien d’école et blessait 9 enfants âgés entre 6 et 12 ans avant de retourner chez elle attendre froidement la police.

QUEL RUBAN AVEZ-VOUS PORTÉ LE 16 JANVIER DERNIER ?

La violence n'a pas de sexe, voilà ce qu'il faudrait affirmer le 6 décembre!


L'ÉQUIPE DE L'APRÈS-RUPTURE -
<recherche@lapresrupture.qc.ca>
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le scandale des fausses statistiques

Message  PapaThème le Mar 2 Déc 2008 - 11:33

Communiqué de Presse
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.



25 novembre 2008

Pour publication immédiate
Contacts:
Jean-Claude Boucher -
<jeancb@cgocable.ca>
450-772-6812
Jean-Pierre Gagnon -
<jeanpierre.gagnon@lapresrupture.qc.ca>
450-464-9095


LE SCANDALE DES FAUSSES STATISTIQUES
DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES
SOCIAUX DU QUÉBEC SUR LA VIOLENCE CONJUGALE



Montréal, le 25 novembre 2008. — Au printemps 1985, le ministère des Affaires sociales du Québec, devenu depuis le ministère de la Santé et des Services sociaux, publiait le document Une politique d’aide aux femmes violentées dans lequel il affirmait que 300 000 femmes étaient victimes de violence conjugale en 1985 au Québec, mais sans fournir de précision quant à la méthodologie et aux sources de données à la base de ce résultat sensationnaliste.


Depuis 1985, ce chiffre de 300 000 femmes victimes de violence conjugale au Québec a été cité des centaines de fois dans les journaux, à la radio, à la télévision, ainsi que dans toute une gamme de brochures et de dépliants distribués dans les points de services de divers ministères et organismes du gouvernement du Québec.


Au terme de plusieurs années d’investigation, L’après-rupture est en mesure de démontrer que ce chiffre de 300 000 constitue une imposture marquant l’aboutissement d’une série de fausses statistiques sur la violence conjugale publiées en 1984 et 1985.


En février 1984, le ministère des Affaires sociales, dans le Document de consultation sur une politique d’aide aux femmes violentées évaluait précisément à 258 661 femmes de 15 ans et plus le nombre de victimes de violence conjugale en 1984 au Québec. Ce chiffre a été obtenu en appliquant la proportion « d’une Canadienne sur dix battue par son mari ou conjoint de fait », avancée par MacLeod et Cadieux en 1980, à l’ensemble des 2 586 615 femmes de 15 ans et plus dénombrées lors du recensement de 1981, plutôt qu’aux 1 552 405 femmes mariées, vivant en union de fait ou étant séparées, comme cela aurait dû être le cas. En somme, le chiffre de 258 661 se trouvait à surévaluer de 67 % le résultat que l’on aurait obtenu en appliquant correctement la proportion « d’une Canadienne sur dix ».


Le ministère des Affaires sociales se trouvait à inclure dans le calcul des victimes de violence conjugale toutes les femmes de 15 ans et plus : les bonnes sœurs vivant en communauté religieuse (encore fort nombreuses en 1981), les jeunes filles encore adolescentes et les « vieilles filles » n’ayant jamais eu de conjoint, les veuves et les divorcées depuis plusieurs années et sans conjoint au cours de l’année de 1981.


En outre, il était évident que la proportion de 10 % avancée par MacLeod n’avait aucune validité statistique, comme celle-ci l’a elle-même reconnu en 1994 au congrès de l’ACFAS. À elle seule, cette proportion de 10 % surévaluait de 300 % et plus le nombre de femmes battues.


En octobre 2004, le ministère des Affaires sociales publiait un document de consultation sur la politique familiale québécoise intitulé Pour les familles québécoises, dans lequel il évaluait à 256 000 le nombre de femmes battues de façon chronique au Québec. Le procédé employé pour arriver à ce chiffre est exactement le même que celui utilisé dans le document de février 1984. On a appliqué la proportion erronée de 10 % de MacLeod et Cadieux au scénario moyen de projection estimant à 2 556,6 milliers la population des femmes de 15 ans et plus au Québec en 1981, publié par Statistique Canada en 1974. L’après-rupture est d’avis que ce second chiffre révèle la nature délibérée de la fabrication des fausses statistiques par le ministère des Affaires sociales en 1984.


Enfin, au début de 1985, le ministère des Affaires sociales sortait le chiffre massue de 300 000 femmes victimes de violence conjugale. Il semble que l’on ait décidé simplement d’arrondir à 300 000, les deux chiffres publiés en 1984. Car pour arriver à ce chiffre de 300 000, il aurait fallu appliquer la proportion de 10 % de MacLeod à toute la population féminine de 8 ans et plus vivant au Québec en 1985.


Tous les ministres qui se sont succédés à la tête du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec depuis 1985 ont refusé de reconnaître les impostures statistiques commises par ce ministère en 1984 et en 1985.


Il s’agit d’un véritable scandale beaucoup plus grave que celui des commandites. La recherche complète de l’équipe de L’après rupture qui démontre l’ampleur de la supercherie est disponible sur le lien Internet suivant:

avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir également...

Message  PapaThème le Mar 2 Déc 2008 - 14:14

avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Violence conjugale : l'homme violenté

Message  PapaThème le Jeu 4 Déc 2008 - 19:17

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


4 décembre 2008

VIOLENCE FAITE AUX HOMMES...
LES HOMMES ARRÊTÉS!


http://www.tcvcm.ca/index_video.php?option=com_content&task=view&id=164

Voici une rare vidéo qui montre l'autre côté de la triste médaille de la violence conjugale: la violence faite aux hommes. Par contre, ce que ne dit pas le document, c'est que généralement, dans une telle situation, c'est l'homme qui est arrêté, même si c'est lui la victime. Des milliers de cas d'arrestations injustes se répètent depuis des années suite au protocole d'intervention policière qui a été élaboré à cause de l'influence des groupes de pression féministes auprès du pouvoir politique...

L'ÉQUIPE DE RECHERCHE
L'APRÈS-RUPTURE
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'homo cretinus

Message  PapaThème le Sam 6 Déc 2008 - 0:11

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


5 décembre 2008.

Homo cretinus

À partir du moment où le Ministère de la santé et des Services sociaux du Québec a entériné les fausses statistiques féministes sur la violence conjugale dans les années 80,
(Voir à ce sujet le rapport de recherche publié par L'après-rupture sur le scandale des fausses statistiques du Ministère de la santé -- en ligne: http://lapresrupture.qc.ca/recherche.html -- )

l'homme québécois est devenu une sorte de bête susceptible de battre sa compagne et d'agresser sexuellement les femmes de son pays. L'homme d'ici perdait ainsi le respect de ses concitoyens et on pouvait dorénavant le traiter de nègre blanc, celui dont on pouvait se moquer, celui qu'on pouvait priver de ses droits constitutionnels, celui qu'on pouvait envoyer en prison sur simple dénonciation de sa compagne, celui dont on pouvait se moquer dans les médias...

Serge Ferrand témoigne de ce mépris des hommes dont les médias sont complices dans une entrevue accordée sur les ondes de TQS à l'émission d'André ARthur du 3 décembre dernier:

Partie 1:
http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/12/5---l-image-des-hommes-dans-les-medias---partie-1-37741.ph

Partie 2:
http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/12/6---l-image-des-hommes-dans-les-medias---partie-2-37740.p



Jean-Claude Boucher
Président
L'après-rupture
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

"La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera"

Message  PapaThème le Sam 6 Déc 2008 - 23:45

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.

"La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera"

(Émile Zola)


6 décembre 2008

Le plus grand scandale politique de l'histoire du Québec

L'inquiétante recherche de L'après-rutpture sur le scandale des fausses statistiques du Ministère de la santé et des Services sociaux en violence conjugale et le troublant chapitre 3 du rapport récent du Vérificateur général du Québec (chapitre 3) sur la gestion des organismes féministes sont pris au sérieux au Canada anglais. La journaliste, madame Barbara Kay, a eu le courage de lever le voile sur ce qui constitue probablement le plus grand scandale politique de l'histoire du Québec. Arnaque féministe qui a englouti en pure perte au cours des vingt-cinq dernières années des centaines de millions en subventions pour venir en aide à de fausses victimes et à garnir les coffres d'une multitude d'organismes féministes. L'équipe de L'après-rupture mettra tout en oeuvre pour qu'une Commission d'enquête fasse la lumière sur ce gouffre financier, ce détournement scandaleux de l'argent des citoyens!


Barbara Kay du National Post ose en parler....

Fed on myths, preying on men


Barbara Kay, National Post

Published: Saturday, December 06, 2008

http://www.nationalpost.com/opinion/story.html?id=1039527

November was Domestic Violence Awareness month. Truth in advertising suggests it should be Y-Chromosome Apartheid Month. Far from promoting "awareness" of a social problem or remedies for men and women with anger issues, the month is basically a radical feminist war dance around the Original Sin of maleness, cheered on by "progressive" media sympathizers.

The annual verbal pogrom will find its apotheosis in to-day's 19th observance of the Montreal Massacre anniversary, our domestic violence industry's shrine to feminism's Big Lie of male unilateralism in domestic violence.

It's awkward that the Dec. 6, 1989 massacre of 14 women at Ecole Polytechnique in Montreal -- unlike ritual wartime massacres of men and boys, such as the 8,000-death horror of Srebrenica -- remains a freak one-off in the West, perpetrated by a lone sociopath, with neither prequel nor sequel to suggest a pattern. But emotion, not reason or facts, drives the Domestic Violence industry.

The truth is that the more precisely identified phenomenon of "intimate partner violence" (IPV) in Western culture is gender neutral, an acting out of psychological problems around intimacy that afflict men and women alike. IPV is initiated by both sexes in about equal proportions. Self-defence is rarely the motive for women's violence against men. Literally hundreds of peer-reviewed, community-based studies, including StatsCan's, confirm this. But they don't reach the public. (Under pressure from feminist organizations, for example, a Quebec health agency recently sequestered a commissioned psychosocial study showing men and women are equally culpable for IPV.)

But most damaging is the suppressed fact that even bilateral IPV in general is a relative rarity in our culture. A woman is more likely to be struck by lightning than killed by her spouse. IPV simply isn't the systemic epidemic that hysteria-mongering feminist organizations so shamelessly project.

Since 1980, the Quebec government has sanctioned the "fact" that 250,000-300,000 women over the age of 15 suffer IPV from their partners or husbands annually. Actually, about 14,000 Quebec women and 2,500 men annually report themselves victims of conjugal violence. Allegations deemed worthy of trial, however, are dramatically fewer in number.

Recently, the Quebec government abruptly withdrew its wildly conjectural 300,000 figure from Google-accessible circulation, after a pertinacious group of independent researchers demanded to know its source through the Access to Information Act. There was no source, of course. Yet financial allocations remain pegged to the mythical 300,000 and are exclusively awarded to women's projects.

This year, the Quebec Auditor-General's report focused an accusatory light on fiscal profligacy and lack of oversight in the women's abuse industry. Grants to abuse-related women's projects have soared from $30-million in 2002-2003 to $60-million in 2007-08. One six-bed shelter's grants in that period bounced from $58,832 to $406,817, even though the shelter only served nine women throughout 2006-07.

Almost half a million dollars to house nine women? Yet a bamboozled public believes thousands upon thousands of battered women are seeking refuge.

Reality just doesn't jibe with that picture. In 2004, the Yellow Brick House, an Aurora, Ont., shelter closed during a labour dispute. It emerged that of the eight women and three children residing there, only one woman was fleeing abuse. The others were homeless.

Exceptions, believers will say. Everyone "knows" violence against women is epidemic.

Really? Edmonton Police Service reports from 1999-2000 indicate the police responded to 3,000 domestic incidents. They referred exactly 24 women--less than 1% -- to shelters.

That 1% figure recurs again and again. The co-ordinator of Cornwall Commmunity Hospital's Assault and Sexual Abuse Program in Cornwall, Ont., claims that "17-30% of all women treated in hospital emergency departments are victims of domestic violence." Reality check: Her own hospital's screening for abuse of 157,000 in-patients turned up only 150 IPV-related injuries (both sexes).

I'll conclude with the words of a former batterer, Linda Kinsella. When her unprovoked anger turned to rage, Kinsella used to scapegoat her disabled husband by tipping over his wheelchair and otherwise abusing him. Adding to his nightmare, the police (typically, stupidly) arrested him when called to the scene.

Therapy for Linda saved their marriage. A repentant Kinsella asks: "If women are able to do all the good things that men can do in [the] professions ... then why [do] we, as a society, deny that women can do the bad too? It is my fondest hope that someday there will be true equality in our society and that domestic violence will be seen not as a gender issue but as a societal one that will end when we work together to stop it."

Amen, brothers and sisters.

<bkay@videotron.ca>


Pour en savoir plus:

http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/11/2---fausse-statistique-sur-la-violence-conjugale---partie-1-37223.php

http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/11/3---fausse-statistique-sur-la-violence-conjugale---partie-2-37222.php



L'équipe de L'après-rupture
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'AMOUR QUI TUE... COMMENT AIDER LES HOMMES

Message  PapaThème le Lun 8 Déc 2008 - 22:41

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


8 décembre 2008

L'AMOUR QUI TUE... COMMENT AIDER LES HOMMES

Présentation spéciale
Canal Vie


L'amour qui tue

Dans L'amour qui tue, le réalisateur Joël Bertomeu explore de façon très personnelle une question terriblement troublante et qui fait malheureusement trop souvent les manchettes : comment des hommes en arrivent à tuer leur conjointe ou leur ex-conjointe et parfois même leurs enfants? Le réalisateur s'implique dans le propos pour se demander " En tant qu'homme, est-ce que moi, je pourrai devenir violent? " Pour nourrir sa réflexion, il rencontre des hommes au passé violent et d'autres qui ont connu des séparations douloureuses qui les ont conduits devant la justice.

Prochaines diffusions
Mardi 9 décembre 2008 à 19h00
Mardi 9 décembre 2008 à 0h00
Vendredi 12 décembre 2008 à 2h00
Samedi 13 décembre 2008 à 13h00
Dimanche 14 décembre 2008 à 23h00


http://www.canalvie.com/emission/presentation-speciale/


L'après-rupture a été invité à participer au documentaire de Joël Bertomeu L'AMOUR QUI TUE. Nous ne savions pas comment aboutirait le produit final. Un pré-visionnement nous a convaicus que ce documentaire risque de provoquer des vagues. Il confirme ce que L'après-rupture dénonce depuis bientôt quinze ans. Au Québec, les hommes en détresse ne peuvent compter que sur de très rares services d'aide qui ont peine à survivre. Cette situation dure depuis des années. Bertomeu ose affirmer, avec raison, tout comme L'après-rupture, que c'est le riche et puissant lobby féministe québécois qui bloque toute initiative masculine d'organisation efficace pour venir en aide à des hommes désemparés lors d'un conflit conjugal par exemple. Les dégâts familiaux, la multitude de suicides chez les hommes, sont les conséquences de la mainmise de la dictature féministe sur notre système de santé. État dans l'État qui dicte son évangile victimaire aux décideurs politiques et sociaux: hommes toujours coupables et femmes toujours victimes! L'après-rupture révélera bientôt, preuves à l'appui, un triste exemple de ce type de censure féministe qui a provoqué tant de dégâts humains.

Mais comment aider vraiment les hommes en détresse? Certaines affirmations d'intervenants dans le documentaire de Bertomeu nous laissent perplexes... Une approche fondée sur l'expression des émotions, les épanchements émotifs, le pleurnichage seraient la solution. Nos quinze ans d'expérience auprès de centaines d'hommes détruits psychologiquement nous amènent à affirmer avec force que ce serait la pire des solutions.

Ce dont le mâle a besoin pour se sortir de son malaise intérieur, c'est pouvoir enfin contrôler au moins une composante de sa vie. Par exemple, dans le cas d'un divorce difficile, L'après-rupture suggère fortement aux gars de contrôler l'avocat qu'ils payent. L'avocat est à leur service. Il est un outil que le client utilise pour se sortir du pétrin. L'homme à la dérive a besoin d'agir, de canalyser son agressivité naturelle sur un projet si petit soit-il pour se sortir de sa détresse. C'est dans sa nature. Les larmes, les apitoiements, le maternage proposés par certains intervenants du documentaire aggraveraient la situation. Bertomeu leur a accordé trop de place. C'est la seule faiblesse de son travail. Être un homme au Québec, un vrai, être viril, serait l'équivalent d'être victime d'une véritable maladie honteuse que certains associent dramatiquement à la violence. Sans agressivité normale, la terre serait un vaste désert. Réduire les hommes à l'expression des émotions, c'est les féminiser et les détruire à petit feu. L'homme victime de ses émotions que l'on attise finira par détruire ses proches ou se pendra ou les deux.

Les hommes en crise le sont parce qu'ils estiment avoir perdu tout contrôle sur leur vie. Une supposée aide qui réussirait à les convaincre qu'en plus de ne rien contrôler dans leur environnement ils sont possédés, contrôlés par des sentiments, des émotions négatives, assureraient leur destruction totale comme individus. Nous le répétons: les hommes doivent retrouver leur aggressivité naturelle et la transformer en des "agirs" positifs. Seuls des intervenants masculins qui comprennent bien la nature profonde des hommes peuvent le faire.

Certains intervenants dans le documentaire de Bertomeu niaient il n'y a pas si longtemps qu'autant d'hommes que de femmes étaient victimes dans un contexte de violence conjugale. Leur discours a brusquement changé depuis que le vent a tourné et qu'il y peut-être à l'horizon apparition de lucratives subventions gouvernementales...

Souhaitons que le documentaire L'AMOUR QUI TUE suscitera le débat et réveillera nos décideurs politiques, les médias. Souhaitons qu'il permettra la création d'organismes d'aide aux hommes gérés, organisés, contrôlés par du personnel exclusivement masculin bien formé. Naissance attendue d'organismes dont toute forme d'idéologie sera exclue. Il ne faut surtout pas s'inspirer des maisons d'hébergement pour femmes violentées qui sont de véritables machines à destruction des familles. Toute intervenante qui veut se faire engager par une maison d'hébergement doit obligatoirement adhérer à l'idéologie, à l'évangile féministe. On n'a pas besoin de ce genre d'aide malsaine pour aider les hommes.

Finalement, l'expérience de L'après-rupture arrive à la conclusion que, dans un contexte de violence familiale, c'est tous les membres de la famille en crise qu'il faut aider grâce à l'intervention de vrais professionnels de la santé. Pas des idéologues, pas des profiteurs de subventions.

Il faut cesser de toujours condamner les pères. Il faut cesser de toujours diaboliser l'homme que l'on a rapidement séparé de ses enfants.

L'amour parfois tue, mais il tue aussi les hommes!

L'équipe de L'APRÈS-RUPTURE
Contacts:
Jean-Claude Boucher
450-772-6812
Jean-Pierre Gagnon
450-464-9095
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

La vérité en marche...

Message  PapaThème le Jeu 11 Déc 2008 - 3:08

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


10 décembre 2008

Voici quelques lectures intéressantes ...


Le scandale des fausses statistiques du MSSS et annexes.pdf

Un rapport de recherche de L'après-rupture sur les fausses statistiques sur la violence conjugale inventées par le Ministère de la santé et des Services sociaux du Québec

Un article du psychologue Yvon Dallaire diffusé dans le Journal de Montréal du 7 décembre 2008

Article du psychologue Yvon Dallaire


Fed on myths, preying on men, un article de Barbara Kay dans le National Post du 6 décembre 2008

Article de Barbara Kay dans le National Post


Un article de Barbara Kay dans le National Post du 10 décembre 2008, intitulé
A slander on Canadian men

Article de Barbara Kay dans le National Post

Aussi...


Et quelques videos...

Entrevue de J-C Boucher et J-P Gagnon avec André Arthur de TQS du 25 novembre 2008 :

J-C Boucher et J-P Gagnon avec André Arthur de TQS (partie 1)

J-C Boucher et J-P Gagnon avec André Arthur de TQS (partie 2)


Entrevue avec Serge Ferrand à l'émission d'André Arthur le 3 décembre dernier

Entrevue avec Serge Ferrand à l'émission d'André Arthur (partie 1)

Entrevue avec Serge Ferrand à l'émission d'André Arthur (partie 2)


Et une rare vidéo qui montre l'autre côté de la triste médaille de la violence conjugale: la violence faite aux hommes. Par contre, ce que ne dit pas le document, c'est que généralement, dans une telle situation, c'est l'homme qui est arrêté, même si c'est lui la victime. Des milliers de cas d'arrestations injustes se répètent depuis des années suite au protocole d'intervention policière qui a été élaboré à cause de l'influence des groupes de pression féministes auprès du pouvoir politique...

L'autre côté de la triste médaille de la violence conjugale


Naturellement pour ceux qui ne l'ont encore visionné, le film de Joël Bertomeu, L'amour qui tue, sur Canal Vie en rediffusion ce vendrdi 12 décembre à 12h, samedi à 13h et dimanche à 23h


L'équipe de L'après rupture
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un témoignage représentatif

Message  PapaThème le Ven 12 Déc 2008 - 1:10

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


11 décembre 2008


L'équipe de L'après-rupture a reçu cette lettre fort intéressante. Avec l'accord de l'auteur, nous vous l'expédions car elle suscite la réflexion sur la condition masculine au Québec...

Bonne lecture!

L'équipe de L'après-rupture

NB: Lire aussi: Archives/LettresOuvertes

-----------------------------------------------------------

Messieurs


Je n'ai pas encore vu le documentaire en question mais il me semble intéressant de constater que son auteur, pour parler des problèmes vécus par les hommes, ait joué la carte de la violence conjugale, ce qui est une recette assurée de diffusion.


Ainsi des travailleurs sociaux qui, aux tables de concertation dominées par des femmes, ne pouvaient obtenir de fonds pour aider les hommes sinon en promettant de faire de la prévention contre la violence conjugale. Salir les hommes pour les aider. Mentir pour gagner des broutilles ou, parfois, pour conserver son travail, en tant qu'homme, dans un univers complètement femellisé.


Car c'est bien le but visé: amener les hommes à se comporter comme des femmes. Leur faire miroiter l'allègement de leurs problèmes avec, en prime, une bonne dose d'acceptation sociale, s'ils veulent pleurer sur une épaule, s'épancher, reconnaître leur vulnérabilité, bref, assumer courageusement leur côté féminin. L'industrie de la psychologie carbure à cette tendance. Il ne semble pas y avoir d'autre manière acceptable de se comporter, de vivre ses épreuves, de porter son sac.


Or, jamais les hommes, dans l'histoire, n'ont été autant invités à s'épancher, à se confier mutuellement leurs problèmes, à consommer des thérapies. Et jamais ils ne se sont autant suicidés. C'est là une chose fort intéressante. Une savante doctoresse déclarait le plus sérieusement du monde : «Plus un homme adopte des comportements stéréotypés (masculins), plus il est à risque de se suicider». Après cette essentielle contribution à l’avancement de l’humanité, elle ne parvient pas à expliquer pourquoi autant d’hommes se suicident. Nos pères portaient leur charge, assumaient leurs responsabilité, ravalaient leurs pleurs et, parfois, leur colère, ils allaient travailler et vivaient leur vie debout.


Tout ce qu'on semble vouloir mettre en place pour aider les hommes, et je suis d'accord avec vous pour constater qu'il se pointe la lueur d'une très lucrative industrie de l'épanchement masculin, tout cela me semble, a priori, utile dans plusieurs cas. Certes, il faut aider les hommes qui vivent de la détresse. Mais de là à rendre obligatoire des comportements féminins, comme si cela était la réponse à tous les problèmes, il y a un abîme d’incompréhension.


J’ai travaillé durant des années dans des milieux où les femmes étaient majoritaires. Elles prêchaient toutes sur les vertus de l’épanchement, de l’expression de ses émotions, de la quête d’oreilles accueillantes. Or, aucune n’a jamais réussi à répondre à cette seule question : «Si pour les femmes, le fait de se confier et de s’exprimer est la clé du bonheur, pourquoi passez-vous autant de temps à vous plaindre ?»


La vraie question à se poser, selon moi, n'est pas de savoir comment aider les hommes qui s'engagent sur le chemin du désespoir et de l'auto-destruction : cela viendra, faisons confiance à tous les Corneau de ce monde. La vraie question est de savoir pourquoi autant d'hommes le font. Cet aspect me semble souverainement ignoré par tous ces intervenants-nantes qui revendiquent plus d’argent pour soigner ceux qui feraient appel aux services, s’ils existaient. Vers la fin des années ’70, les accidents de la route tuaient plus de 1800 personnes, chaque année. Et les suicides environ 500. Nous avons réussi à inverser ces chiffres, à peu de choses près. Que s’est-il passé durant ces trente dernières années ?


Quel est l'effet, sur l'image que les jeunes garçons ont d'eux-mêmes, du matraquage publicitaire qui leur répète inlassablement que les femmes sont plus brillantes, plus habiles, plus méritantes, qu'elles sont surtout des victimes, et qu'eux sont maladroits, crétins et violents, bourreaux. Alors qu'on dit aux hommes que leur nature est une tare, un handicap qu'ils ne pourront surmonter qu'avec des soins appropriés, couronnés par un changement radical d'attitude et de comportement.


Ces questions, vous les soulevez fréquemment. Elles méritent d'être portées là où elles risquent d'être entendues. Peut-être que le travail de Bertomeu, comme celui de Ferrand et les autres portera fruit, un jour .



Gilles Saint-Amour

Lévis.
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le vérificateur et les magouilles féministes

Message  PapaThème le Dim 14 Déc 2008 - 23:02

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


5 novembre 2008

RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC ET MAGOUILLE FÉMINISTE...

À de nombreuses reprises dans le passé, L'APRÈS-RUPTURE avait informé le bureau du Vérificateur général du Québec qu'il serait important qu'il enquête au sujet du versement de subventions au profit d'organismes communautaires. Divers contacts et sources d'information nous avaient démontré qu'il y avait possiblement magouilles financières, particulièrement dans des organismes féministes dont les maisons d'hébergement pour femmes violentées.

Le récent rapport du Vérificateur général du Québec confirme ce que L'APRÈS-RUPTURE dénonce depuis longtemps.

Voici quelques unes des lettres ouvertes récentes publiées par L'après-rupture en vue de dénoncer le gaspillage éhonté de fonds public dans le communautaire...


G.A.P.I. et le mensonge féministe, 28 janvier 2008:
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#gapi

L'institut de la Statistique et l'évangiile féministe, 23 février 2008
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#evangile

Supercherie féministe dans le Courrier de Laval, 20 mars 2008
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#supercherie2

Horreur dans le communautaire, 4 avril 2008
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#horreurs

Horreur dans le communautaire (2),. 7 avril 2008
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#horreur2

Fraudes dans le communautaire, 10 avril 2008
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#fraudes

Le Courrier de Laval: des chiffres gonflés, 16 avril 2008
En ligne:http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#courlaval

Centre féminin du Saguenay, 30 mai 2008
En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#centree

Le lobby féministe varlopé, 13 septembre 2008
En ligne:
http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html#varlope

Clairement, il y est établi que certaines Agences de santé ont manqué à leur mission qui est, entre autres, de surveiller comment sont utilisées les subventions qu'elles versent à des centaines d'organismes communautaires. Le Vérificateur a ciblé en particulier des maisons d'hébergement pour femmes violentées.

Des sommes d'argent astronomiques ont été versées à ces maisons sans aucun contrôle sérieux. Malgré le manque de victimes de violence conjugale, ces maisons ont profité d'une manne de financement puisé dans les poches des contribuables. L'APRÈS-RUPTURE ne cesse de répéter depuis longtemps que c'est le cas pour la vaste majorité de ce type de maisons.


Extrait du Rapport du vérificateur général du 4 novembre 2008

http://www.vgq.qc.ca/publications/rapp20082009/Rapport2008-2009-T1.pdf

3.3 Nos travaux ont mis en lumière plusieurs déficiences, dont les principales sont énumérées
ci-dessous :

• Les sommes distribuées en appui à la mission globale sont accordées sur une base continue et elles sont reconduites d’année en année pour la quasi-totalité des organismes, avec une certaine indexation. Le MSSS et les agences vérifiées n’effectuent pas de réévaluation systématique et périodique du montant accordé à chaque organisme en fonction de ses réalités, donc de ses besoins réels et de son offre de services. Seuls quelques organismes qui nécessitent une attention particulière, en raison notamment de problèmes décelés ou de plaintes, peuvent être soumis à une réévaluation. Quant aux ententes de service et aux projets ponctuels, le MSSS et les agences justifient peu les sommes versées et ne précisent pas souvent les services pour lesquels les subventions sont accordées.

• Pour ce qui est du suivi que font le MSSS et les agences vérifiées de l’utilisation des subventions accordées aux organismes communautaires, il est insuffisant. Des lacunes importantes ont été relevées à l’égard tant de la reddition de comptes exigée des organismes communautaires et fournie par ceux-ci que du suivi exercé par les
entités attribuant ces subventions.

• En ce qui concerne les organismes communautaires, l’information disponible dans les dossiers analysés ne nous permet pas de conclure qu’ils utilisent le soutien financier accordé par le MSSS et les agences de façon adéquate. Cependant, de façon générale, les neuf organismes visités utilisent les subventions reçues aux fins prévues.

• Le MSSS et les agences ne font pas d’évaluation de programme appliquée aux organismes communautaires. Ils ne s’assurent pas non plus que les organismes subventionnés procèdent à l’évaluation de leurs activités. Ils ne peuvent donc pas juger du degré d’atteinte des objectifs poursuivis.

• Enfin, le MSSS et les agences vérifiées ne disposent que de peu d’informations sur les organismes qu’ils subventionnent. Outre le fait de faciliter le suivi, une meilleure qualité des informations leur permettrait de prendre des décisions plus éclairées au regard de l’attribution du soutien et de procéder à des évaluations.

Ces organismes féministes osent depuis des années affirmer scandaleusement sur les tribunes publiques et dans les médias qu'ils manquent de financement

Imaginons l'ampleur du scandale si le Vérificateur avait pu analyser les bilans financiers de toutes les maisons d'hébergement du Québec, de tous les Centres féminins, des Tables de concertation féministes, des Regroupements féministes de toutes sortes, etc, etc...

L'APRÈS-RUPTURE affirme que la prochaine étape est la création d'une enquête publique dans tout le vaste réseau des Agences de santé et dans celui des organismes féministes. Des enquêtes au criminel pourraient couronner ce qui a l'allure d'une vaste fraude financière dont les citoyens ont fait les frais...

L'ÉQUIPE DE L'APRÈS-RUPTURE
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les sangsues: le cash du fédéral

Message  PapaThème le Dim 14 Déc 2008 - 23:15

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


24 avril 2008

ENCORE DU CASH POUR NOS SANGSUES FÉMINISTES!



Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal
22 avril 2008

Une vingtaine de groupes de femmes du Québec, oeuvrant notamment dans le domaine de la violence faite aux femmes, se partageront 5,7 millions $ sur trois ans.

La ministre du Patrimoine canadien et de la Condition féminine Josée Verner en a fait l'annonce, mardi à Montréal, devant des représentantes de 21 groupes concernés.

À l'automne 2006, le gouvernement conservateur avait été critiqué par des groupes de femmes parce qu'il avait modifié les critères d'un programme, choisissant de ne plus accorder de financement aux groupes qui font du lobbyisme pour défendre les droits des femmes auprès des gouvernements. Le gouvernement avait aussi sabré dans l'administration de Condition féminine Canada.

Mme Verner a nié que son ministère ait versé en bout de ligne moins d'argent aux groupes de femmes. «Il n'y a pas eu de coupures de fonds; il y a eu de la réallocation de fonds. On a décidé de réallouer de façon plus efficace ces sommes-là», a-t-elle déclaré.

Elle a précisé que les fonds atteignaient 10,2 millions $ en 2006 et qu'aujourd'hui, ils atteignent 20 millions $. «Les chiffres sont là pour en faire la preuve. Il y avait des demandes. Il y avait beaucoup de groupes qui exprimaient des besoins. Ca faisait plusieurs années que grosso modo, le budget pour la programmation était autour de 10 millions $. On l'a augmenté.»

Reste que les groupes de femmes présents sur place étaient enchantés de ces fonds qui leur apportent un peu plus d'assurance et de soutien.

Parmi ces groupes, on retrouve le Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), le Regroupement provincial des maisons d'hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale, le Réseau québécois pour la santé des femmes et la Fédération des femmes du Québec.

Un projet, par exemple, vise à sensibiliser l'industrie de la mode aux effets dévastateurs des modèles de maigreur chez les femmes. Un autre vise à publier un magazine de «contre-influence» pour adolescentes, qui leur offre autre chose que des images de vedettes, de maquillage et de régimes minceurs.

France Robertson, du groupe Femmes autochtones du Québec, souhaite grâce à ces fonds orchestrer une campagne de sensibilisation à la violence conjugale chez les femmes autochtones. «Au niveau de la violence, on dit souvent qu'on est comme 30 ans en arrière, nous, au niveau des ressources, au niveau de la sensibilisation. Le sujet est encore tabou dans nos communautés. C'est pour ça qu'on veut faire une campagne. Et on a très peu de ressources dans nos communautés», a-t-elle dit.


http://www.cyberpresse.ca/article/20080422/CPACTUALITES/80422120/1019/CPACTUALITES

La ministre de la Condition féminine fédérale, madame Josée Verner, s'apprête à enrichir à nouveau nos sangsues féministes victimaires de la jolie somme de près de 6 millions de beaux dollars... Les organismes concernés, dont certains sont implantés au Québec, reçoivent depuis des années des sommes astronomiques d'argent puisées dans les poches des contribuables. Au Québec, les organismes que s'apprête à engraisser la ministre, peuvent compter sur une totale absence de contrôle sérieux de la part des Agences de santé, du Ministère de la Santé et des services sociaux et celui de la Justice.

Les dirigeantes de ces organismes ont colporté au fil des ans une série de fausses statistiques, d'enquêtes bidons, concernant la violence faite aux femmes. Fabrication scandaleuse de fausses victimes en série subventionnée par l'État. Nos éluEs sans colonne vertébrale ont la frousse à la seule idée de mettre le pied dans le nid de guêpe féministe. Pures fraudes intellectuelles qui a englouti des milliards de dollars en subventions et en dons de toutes sortes, alors que nos routes tombent en ruine et que trop de nos enfants vivent dans des familles qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts.

Ce n'est pas de nouvelles subventions que méritent nos sangsues féministes spécialisées dans l'art de la lucrative martyrologie féminine, mais bien d'une solide enquête royale! Ramenons le juge John H.Gomery! Il est urgent que les citoyens apprennent que le puissant lobby féministe les a pris pendant des années pour les dindons de la farce!

C'est le rôle de nos députés de voir à ce que l'argent des citoyens soit bien dépensé.

Madame Verner, vous gaspillez l'argent des citoyens!

Une enquête... ça urge!

L'ÉQUIPE DE RECHERCHE DE L'APRÈS-RUPTURE

Contacts:
Jean-Pierre Gagnon
Jean-Claude Boucher
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

ARNAQUE DÉVOILÉE... UNE FÉDÉRATION FÉMINISTE S'INDIGNE!

Message  PapaThème le Mer 17 Déc 2008 - 14:06

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


15 décembre 2008

ARNAQUE DÉVOILÉE... UNE FÉDÉRATION FÉMINISTE S'INDIGNE!

On trouve sur la page index du site internet de la Fédération de ressources d'hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec un lien vers un article de la Fédération intitulé: Sensibiliser, former, contrer la violence faite aux femmes et la violence conjugale... au delà des résistances


La lecture du titre de l'article a rendu l'équipe de recherche de L'après-rupture perplexe...

L'équipe a analysé le contenu de ce texte officiel.
En ligne: http://www.fede.qc.ca/pdf/ArticleFRHFVDQ6dec.pdf

On y retrouve l'extrait suivant:

"De plus, certains groupes d’hommes s’acharnent à invalider les recherches qui se font en la
matière, à critiquer allègrement le bien fondé des statistiques gouvernementales semant ainsi
le doute dans l’opinion publique."


"certains groupes d'hommes" lire "L'après-rupture"
"les recherches qui se font en la matière" lire "les recherches féministes dont les sources sont secrètes comme le fameux 300 000 femmes battues chaque années" (Voir: L'après-rupture - recherche)
"critiquer allègrement le bien fondé des statistiques gouvernementales" lire "utiliser les faussetés statistiques du Ministère de la Santé et des Services sociaux"
"semant le doute dans l'opinion publique" lire " répandant la vérité dans le public"

"Ils diffament odieusement le travail qui se fait en maisons d’hébergement, allant jusqu’à questionner la pertinence de l’intervention et du financement, la compétence des intervenantes."

3.66 Par exemple, si l’on examine plus précisément la situation des maisons d’hébergement
pour femmes violentées ou en difficulté, on constate qu’elles ont reçu depuis 2003-2004
des allocations récurrentes additionnelles de 30 millions de dollars sur cinq ans. De fait,
ce type d’organismes a vu passer ses subventions de 30 millions de dollars en 2002-2003
à 60 millions en 2007-2008.

3.67 Le MSSS a réparti ces 30 millions de dollars additionnels entre les maisons d’hébergement,
mais il ne s’est pas assuré que ces sommes étaient effectivement requises, ce qu’il aurait pu faire en
consultant les agences. Nous n’avons pas été en mesure de déterminer les raisons pour
lesquelles les montants ont été accordés, outre le fait qu’une faible portion de ceux-ci,
soit trois millions de dollars, ont été attribués pour des besoins non comblés recensés
dans six régions. Qui plus est, le MSSS a réparti les sommes entre les organismes en
fonction du nombre de lits, mais il n’a pas tenu compte des besoins financiers ni du taux
d’occupation de chacun.

3.69 Une maison d’hébergement pour femmes violentées ou en difficulté comprenant six
lits a vu sa subvention passer de 58 832 dollars à 406 817 dollars entre 2002‑2003 et
2006‑2007. Or, en 2006-2007 :
• elle a hébergé au total neuf personnes ;
• son taux d’occupation a été de 12 p. cent (29 p. cent en 2005-2006) ;
• son excédent annuel a été de 205 953 dollars (187 984 dollars en 2005-2006) ;
• son excédent accumulé non affecté s’est élevé à 555 362 dollars au 31 mars 2007.


Source: Rapport du vérificateur général du Québec à L'assemblée nationale pour l'année 2008-2009, Chapitre 3

"Ils insinuent que les femmes et les enfants accueillis dans ces maisons ne sont peut être pas vraiment victimes de violences et que l’on devrait reconnaître que les femmes sont aussi violentes que les hommes."

"Contexte et conséquences de la violence conjugale envers les hommes et les femmes au Canada. 2004",
Institut de la statistique du Québec, page 19

Prévalence de la violence conjugale sur 12 mois au Canada et au Québec
Au Québec, chez les personnes avec un conjoint actuel, les taux de prévalence sur 12 mois sont respectivement de 13 ‰ (25 400 victimes) et de 9 ‰ (16 900 victimes) chez les hommes et les femmes.
Il en découle qu’un homme sur 75 et qu’une femme sur 108 ont été victimes de violence de la part du conjoint actuel au cours des 12 mois précédant l’ESG de 2004
.

En ligne:
http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/conditions/pdf2007/ViolenceH_F2004.pdf

(...)Qui plus est, elles reçoivent annuellement plus de 15 000 femmes et enfants, leurs taux d’occupation annuel oscillant entre 85 et 110%

Le MSSS et les agences vérifiées n’effectuent pas de réévaluation systématique et périodique du montant accordé à chaque organisme en fonction de ses réalités, donc de ses besoins réels et de son offre de services.

Le MSSS et les agences ne font pas d’évaluation de programme appliquée aux organismes communautaires. Ils ne s’assurent pas non plus que les organismes subventionnés procèdent à l’évaluation de leurs activités. Ils ne peuvent donc pas juger du degré d’atteinte des objectifs poursuivis.


Source: Rapport du vérificateur général du Québec à L'assemblée nationale pour l'année 2008-2009, Faits saillants


"En 2006, 17 843 infractions contre la personne commises ans un contexte conjugal ont été répertoriées auprès des services de police du Québec, 84% de ce nombre étaient des femmes. Malgré cette troublante statistique, le taux de divulgation des situations de violences ne se situe qu’autour de 30% et ce, depuis de nombreuses années..."

"certains groupes d’hommes s’acharnent à invalider les recherches qui se font en la matière "

La vérité:


Le chiffre de 17 843 infractions provient des données policières publiées par le ministère de la Sécurité publique du Québec et regroupe les hommes et les femmes pour 2006; le taux de signalement de 30 % environ provient de l'Enquête sociale générale de 2004 et est celui qui s'applique aux hommes et aux femmes réunis. Mme Monastesse présente ce taux de 30 % comme valide et ne formule aucune réserve quant à la validité de ce chiffre provenant de l'Enquête sociale générale. Cependant voici ce que Mme Monastesse dissimule et qui constitue une tentative maladroite et malhonnête de désinformation.

Si l'on fait la distinction entre les hommes et les femmes, conformément aux principes de base de l'analyse différenciée selon les sexes, il appert que dans 36 % des cas au Canada, la situation des femmes victimes de violence conjugale au cours des cinq années précédant l'enquête de 2004 a été signalée à la police, comparativement à 17 % dans le cas des hommes. Fait encore plus révélateur des biais de sélection existant dans le cas du signalement des cas de violence conjugale à la police, l'analyse de Statistique Canada révèle ensuite que, chez les femmes dont la situation a été signalée à la police, ce sont les victimes elles-mêmes qui ont fait appel à la police dans 75 % des cas. Dans le cas des hommes, la proportion des cas où ce sont les victimes qui ont fait appel à la police baisse à 51 %; dans 49% des cas de violence subie par les hommes, c'est quelqu'un d'autre (un témoin ou un confident) qui est à l'origine du signalement à la police (Source : Karen Mihorean, « Tendances des actes de violence conjugale signalés par les victimes », dans
La violence familiale au Canada : un profil statistique 2005, n° 85-224-XIF, Statistique Canada, 2006, p. 26, [Document en ligne]).

La proportion des victimes qui ont signalé elles-mêmes l'incident est trois fois plus grande chez les femmes que chez les hommes, car les hommes sont activement et agressivement dissuadés de signaler à la police les violences dont ils sont victimes, sous peine de se retrouver eux-mêmes souvent au bancs des accusés.

La Fédération trouve la soupe chaude, tout comme les multiples organismes féministes qui ont colporté au cours des vingt dernières années des faussetés statistiques concernant la violence conjugale. L'heure de la vérité est arrivée et ça les énerve. Leur arnaque une fois dénoncée et révélée au grand public risque de mettre un terme au versement de bien grasses subventions et de dons de toutes sortes.

Mais le Fédération et ses acolytes n'ont encore rien vu. L'industrie scandaleuse de la victimologie féministe file vers le précipice. L'après-rupture y veille et consacrera toutes ses énergies pour qu'une Commission d'enquête fasse la lumière sur le gaspillage féministe de l'argent des contribuables qui se chiffre à des centaines de millions de dollars.


L'équipe de L'après-rupture
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

La vérité choque

Message  PapaThème le Jeu 18 Déc 2008 - 17:20

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


18 décembre 2008

La vérité choque...les féministes radicales!


Il est connu que le site Internet sisyphe.org publie les écrits des féministes intégristes de tous acabits. Le 16 décembre dernier, on y publiait une lettre signée Élizabeth Cook qui dénonçait les supposés écrits haineux de Barbara Kay parus dans le National Post du 6 décembre...

Voici le texte intégral de cette lettre adressée au Post (en ligne: http://sisyphe.org/spip.php?breve1226 )
mardi 16 décembre 2008
Propos haineux de Barbara Kay

par Elizabeth Cook

Je souffre beaucoup depuis le fin de la semaine, depuis le 6 décembre. Jour où j’ai mis encore, et depuis 1989, une chandelle à la fenêtre.

Le 6 décembre 2008, j’ai eu aussi le malheur de lire encore une fois un discours de Barbara Kay du National Post*.

Pour une personne comme moi qui a réussi de justesse à survivre à un homme qui a essayé de la tuer, les discours de B. Kay sont des mots de haine qui soutiennent les tueurs et violeurs des femmes et des enfants. C’est plus qu’odieux que ses commentaires haineux aient été publiés le 6 décembre. Je sens que les criminels ont tout le soutien d’un journal national. Ça me depasse.

Je pense à toutes les familles des femmes qui ont été tuées, soit une par une ou 14 a la fois. Et cette "femme" ecrit des propos haineux et soutient les tueurs le jour qui rappelle la mémoire des femmes tuées. Cela dépasse la question de "la libre expression". C’est carrément repréhensible.

Selon moi, c’est le temps de denoncer ces êtres qui blessent notre société. À ma connaissance, même les groupes qui ont défendu les droits des pères à Québec n’ont pas tenu de tels propos.

Je suis effrayée comme jamais et j’ai l’occasion d’être effrayée tous les jours.

Lettre adressée au National Post.


* Article de Barbara Kay, 6 décembre 2008.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 décembre 2008

Madame Cook s'indigne: "C’est plus qu’odieux que ses commentaires haineux aient été publiés le 6 décembre. Je sens que les criminels ont tout le soutien d’un journal national. "

Voici l'éditorial de Barbara Kay:

( en ligne: Barbara Kay, fed on myths preying on men )

Barbara Kay: Fed on myths, preying on men
Posted: December 06, 2008, 7:31 AM by Kelly McParland
Barbara Kay, Full Comment

"A whole industry has grown up around domestic abuse. Don’t believe its propaganda"


November was Domestic Violence Awareness month. Truth in advertising suggests it should be Y-Chromosome Apartheid Month. Far from promoting “awareness” of a social problem or remedies for men and women with anger issues, the month is basically a radical feminist war dance around the Original Sin of maleness, cheered on by “progressive” media sympathizers.
The annual verbal pogrom will find its apotheosis in today’s 19th observance of the Montreal Massacre anniversary, our Domestic Violence industry’s shrine to feminism’s Big Lie of male unilateralism in domestic violence.

It’s awkward that the December 6, 1989 massacre of 14 women at École Polytechnique in Montreal — unlike ritual wartime massacres of men and boys, such as the 8,000-death horror of Sbrenica — remains a freak one-off in the west, perpetrated by a lone sociopath, with neither prequel nor sequel to suggest a pattern. But emotion, not reason or facts, drives the Domestic Violence industry.

The truth is that the more precisely identified phenomenon of “intimate partner violence” (IPV) in western culture is gender-neutral, an acting-out of psychological problems around intimacy that afflict men and women alike. IPV is initiated by both sexes in about equal proportions. Self-defence is rarely the motive for women’s violence against men. Literally hundreds of peer-reviewed, community-based studies, including StatsCan’s, confirm this. But they don’t reach the public. (Under pressure from feminist organizations, for example, a Quebec health agency recently sequestered a commissioned psychosocial study showing men and women are equally culpable of IPV.)

But most damaging is the suppressed fact that even bilateral IPV in general is a relative rarity in our culture. A woman is more likely to be struck by lightning than killed by her spouse. IPV simply isn’t the systemic epidemic that hysteria-mongering feminist organizations so shamelessly project.

Since 1980, the Quebec government has sanctioned the “fact” that 250,000-300,000 women over the age of 15 suffer IPV from their partners or husbands annually. Actually, about 14,000 Quebec women and 2,500 men annually report themselves victims of conjugal violence. Allegations deemed worthy of trial, however, are dramatically fewer in number.

Recently, the Quebec government abruptly withdrew its wildly conjectural 300,000 figure from Google-accessible circulation, after a pertinacious group of independent researchers demanded to know its source through the Access to Information Act. There was no source, of course. Yet financial allocations remain pegged to the mythical 300,000 and are exclusively awarded to women’s projects.

This year, the Quebec Auditor-General’s report focused an accusatory light on fiscal profligacy and lack of oversight in the women’s abuse industry. Grants to abuse-related women’s projects have soared from $30-million in 2002-2003 to $60-million in 2007-08. One six-bed shelter’s grants in that period bounced from $58,832 to $406,817, even though the shelter only served nine women throughout 2006-07.

Almost half a million dollars to house nine women? Yet a bamboozled public believes thousands upon thousands of battered women are seeking refuge.

Reality just doesn’t jibe with that picture. In 2004, the Yellow Brick House, an Aurora, Ont. shelter closed during a labour dispute. It emerged that of the eight women and three children residing there, only one woman was fleeing abuse. The others were homeless.

Exceptions, believers will say. Everyone “knows” violence against women is epidemic.
Really? Edmonton Police Service reports from 1999-2000 indicate the police responded to 3,000 domestic incidents. They referred exactly 24 women — less than 1% — to shelters.

That 1% figure recurs again and again. The co-ordinator of Cornwall Commmunity Hospital’s Assault and Sexual Abuse Program in Cornwall, Ont. claims that “17-30% of all women treated in hospital emergency departments are victims of domestic violence.” Reality check: Her own hospital’s screening for abuse of 157,000 in-patients turned up only 150 IPV- related injuries (both sexes).

I’ll conclude with the words of a former batterer, Linda Kinsella. When her unprovoked anger turned to rage, Kinsella used to scapegoat her disabled husband by tipping over his wheelchair and otherwise abusing him. Adding to his nightmare, the police (typically, stupidly) arrested him when called to the scene.

Therapy for Linda saved their marriage. A repentant Kinsella asks: “If women are able to do all the good things that men can do in [the] professions ... then why [do] we, as a society, deny that women can do the bad too? It is my fondest hope that someday there will be true equality in our society and that domestic violence will be seen not as a gender issue but as a societal one that will end when we work together to stop it.”

Amen, brothers and sisters.
National Post
<bkay@videotron.ca>

Si les propos de Barbara Kay sont haineux, que madame Elisabeth Cook fasse au plus vite une dénonciation à la police. Les propos haineux sont sanctionnés par le Code Criminel du Canada. Madame Cook sera assurée d'obtenir l'appui du puissant lobby féministe victimaire hystérique québécois. Sinon, qu'Elisabeth Cook se taise et offre ses excuses à madame Kay pour l'avoir diffamée.

"La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera!" (Émile Zola )... Voilà ce qui agace les grandes orgues féministes qui ont fait du mensonge statistique et de la propagande victimaire des armes qui sont en train de se retrourner contre elles.


Jean-Claude Boucher
Président

avec l'équipe de
L'après-rupture
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Communiqué L'après-rupture--colloque

Message  PapaThème le Ven 9 Jan 2009 - 1:44

Communiqué
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


8 janvier 2009

Pour publication immédiate
Contacts: colloque@lapresrupture.qc.ca


COLLOQUE INTERNATIONAL LES 4,5 et 6 décembre 2009:
LE 30e ANNIVERSAIRE DES MENSONGES FÉMINISTES QUÉBÉCOIS ET LEURS DÉGÂTS SUR LA SOCIÉTÉ: VIOLENCE FAITE AUX HOMMES, AUX MASCULINISTES ET AUX FAMILLES

APPEL DE COMMUNICATIONS

Ce colloque est organisé sous la responsabilité de l'équipe de recherche de
L'APRÈS-RUPTURE

2009 marque le 30e anniversaire du premier grand mensonge féministe à propos de la violence conjugale, soit la pseudo- recherche de Linda MacLeod et d'Andrée Cadieux, terminée en 1979 et publiée en 1980.

Plusieurs mensonges féministes québécois ont eu d'énormes répercussions négatives sur toute la société occidentale, puisque entérinés et gonflés par le Gouvernement du Québec: faussetés statistiques concernant la violence conjugale, les agressions à caractère sexuels, la perception des pensions alimentaires, la violence faite aux femmes.


En janvier 1980, le Conseil consultatif canadien de la situation de la femme publiait un rapport intitulé « La femme battue au Canada: un cercle vicieux ». Dans ce rapport, Linda MacLeod et Andrée Cadieux improvisent un calcul de la prévalence annuelle de la violence conjugale au moyen d'une série d'extrapolations dont la validité est plus que douteuse.

(...)

La soi-disant évaluation statistique de MacLeod et Cadieux constitue avant tout un habile exercice de prestidigitation destiné à leurrer le lecteur

Extrait de : Le scandale des fausses statistiques du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec sur la violence conjugale --- En ligne:
http://lapresrupture.qc.ca/recherche.html

Suite à la publication de MacLeod et Cadieux, le Ministère de la Santé et des Services sociaux en a rajouté, multipliant les supposées victimes dans ses publications ultérieures. Cette arnaque féministe constitue une énorme fraude intellectuelle et financière. Les citoyens du Québec ont fait les frais de cette propagande féministe en versant d'énormes subventions à une multitude d'organismes féministes spécialisés dans la fabrication en série de fausses victimes.

Le colloque permettra de faire le bilan de cette fraude et tentera d'en évaluer les impacts sociaux et financiers. Des pistes de solution seront proposées afin de mettre définitivement un terme à ces dégâts.

Toute personne ou organisme intéressé à présenter une communication lors du colloque n'a qu'à nous faire parvenir par courrier électronique un très bref résumé de la communication et ce, avant le 1er mai 2009. Joindre les coordonnées complètes de la personne ou de l'organisme.

Ce colloque est organisé par souci d'égalité et d'équité envers les hommes d'abord, les pères et leurs enfants, mais aussi envers les femmes, trompées et bafouées par le lobby féministe qui utilise outrageusement les tristes événements de polytechnique de 1989 pour assurer des entrées d'argent puisées dans les poches des contribuables...

Les femmes lassées par les discours farfelus de nos féministes professionnelles sont les bienvenues à notre colloque.


Colloque international 2009 La tuerie de l’École polytechnique 20 ans plus tard
Les violences masculines contre les femmes et les féministes


Colloque organisé à Montréal les 4, 5 et 6 décembre 2009, sous l’égide de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Responsables :
Mélissa Blais, professionnelle de recherche, IREF, UQAM
Francis Dupuis-Déri, professeur au Département de science politique et IREF, UQAM
Lyne Kurtzman, responsable du développement de la recherche, IREF, UQAM
Dominique Payette, professeure au Département d’information et de communication, Université Laval, Québec

En ligne:
http://netfemmes.cdeacf.ca/les_actualites/lire.php?article=12774


Le colloque de L'APRÈS-RUPTURE donnera l'heure juste pour ce qui concerne la violence familiale et servira de bouclier contre les prétentions du colloque ci-haut mentionné organisé par une poignée de féministes professionnelles.
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Atelier--L'après-rupture

Message  PapaThème le Lun 12 Jan 2009 - 22:51

Communiqué
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


12 janvier 2009

Pour publication immédiate
Contact:
Jean-Pierre Gagnon - <gagnon@lapresrupture.qc.ca>
450-464-9095

Atelier sur les pensions alimentaires

L'organisme L'après-rupture tiendra un atelier dont le thème portera sur les pensions alimentaires. L'atelier aura lieu le mercredi 21 janvier prochain dans une salle réservée au Valentine Plus situé au 290 Bd Wilfrid Laurier (route 116), Mont St-Hilaire, à 19h.

Veuillez réserver votre place en téléphonant au 450-772-6812 ou au 450-464-9095.
Contribution: 10$


-30-
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'aide du gouvernement aux hommes victimes = rien

Message  PapaThème le Lun 19 Jan 2009 - 9:35

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


18 janvier 2009

CAMPAGNE GOUVERNEMENTALE EN MATIÈRE DE VIOLENCE CONJUGALE...
L'AIDE AUX HOMMES VICTIMES IGNORÉE COMME TOUJOURS!



Nous découvrons aujourd'hui un site du Gouvernement du Québec qui nous semble récent. Il correspond à la dernière campagne annoncée dans un communiqué date du 16 janvier par la ministre de la condition féminine, Christine St-Pierre, et la ministre de la Justice, Kathlein Weil.

Invitation aux médias - Cabinet de la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine - Cabinet de la ministre de la Justice

QUÉBEC, le 16 janv. /CNW Telbec/ - La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, et la ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Mme Kathleen Weil, convient les représentantes et les représentants des médias à une conférence de presse au cours de laquelle elles donneront le coup d'envoi de la cinquième phase de la Campagne gouvernementale de sensibilisation à la violence conjugale. Seront également présents Mme Rolande Clément, présidente du Regroupement provincial des maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, et M. Daniel Blanchette, président d'A coeur d'homme - Réseau d'aide aux hommes pour une société sans violence.

<<
Lieu :
Sûreté du Québec
Grand quartier général
1701, rue Parthenais, 8e étage
Salle multimédia
Montréal

Date : Le dimanche 18 janvier 2009

Heure : 14 heures

Comment expliquer que, pour l'occasion, la ministre Saint-Pierre ose inviter une représentante du Regroupement provincial des maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, organisme qui a colporté pendant des années, avec l'appui du puissant lobby féministe et du Ministère de la Santé et des Services sociaux, que les hommes du Québec battaient 300 000 femmes par année? Une fausseté statistique révélée par L'APRÈS-RUPTURE en 2004. Une arnaque qui a coûté une fortune aux contribuables sous forme de subventions pour venir en aide à des milliers de victimes carrément inventées par nos féministes professionnelles dont fait partie le Regroupement. La ministre Saint-Pierre aurait avantage à lire avec beaucoup d'attention le chapitre trois du récent rapport du Vérificateur du Québec qui démontre l'escroquerie féministe au sein de maisons d'hébergement.

En ligne: http://www.vgq.gouv.qc.ca/publications/communique/nov2008/Communique3.pdf

Précisons que le site http://www.violenceconjugale.gouv.qc.ca ne porte l'identification ni du Ministère qui l'a produit, ni son webmestre, ni sa date de mise en ligne.

À la section "J'ai besoin d'aide" ( En ligne: besoin_accueil), le gouvernement admet frileusement que la violence conjugale peut être produite par unE agresseur et que la victime peut être un homme. Il est important de le noter, même si cette phrase ressemble fort à un ajout de dernière minute.

"Veuillez noter que les noms « agresseur » et « victime » peuvent s’appliquer autant à l’homme qu’à la femme dans toutes les situations mentionnées. Considérant les statistiques policières qui démontrent que la majorité des présumées victimes sont de sexe féminin, nous utilisons le féminin pour les désigner."

Le site utilise enfin le terme présumée victime, contrairement à toutes les publications antérieures du Ministère de la Sécurité publique qui considérait dans ses écrits que le terme "victime" désignait la personne qui portait plainte à la police dans sa compilation sous la norme DUC2 (Déclaration universelle de criminalité).

Nous ne pouvons qu'applaudir à ces changements de termes. L'APRÈS-RUPTURE dénonce depuis des années l'utilisation du terme victime dans les publications gouvernementales, terme évidemment repris par les regroupements féministes et particulièrement par "Statistiques violence conjugale" du Ministère de la Sécurité publique.

Voir à cet effet, l'annexe 1 de la recherce de L'APRÈS-RUPTURE sur les fausses statistiques du Ministère de la santé... En ligne: recherche

Le lien "ressources d'aide" dans la même page nous mène à besoin_ressources la page intitulée "Vous n'êtes pas seule"

Premier constat: nonobstant le fait qu'en français le masculin inclue le féminin, le mot "SEULE" est ici au féminin, ce qui implique qu'après la petite précision de la page couverture, les hommes ne peuvent pas être victimes. Retour au mythe entretenu par l'État: homme aggresseur/ femme victime. Mythe préféré si lucratif pour nos féministes professionnelles, dont le Regroupement provincial, même si toutes les recherches sérieuses démontrent que, justement c'est un mythe! L'APRÈS-RUPTURE mettra en ligne dans sa section "recherche" d'ici quelques jours une étude produite par une importante Agence de Santé du Québec qui démontrera hors de tout doute que les hommes sont plus souvent victimes de violence conjugale que les femmes...

Deuxième constat: Faire le 9-1-1.

Les policiers et les policières sont formés pour intervenir rapidement auprès des victimes et des agresseurs selon des techniques d’approche qui permettent de sécuriser les personnes, de calmer la situation ou de maîtriser une personne dangereuse

Les policiers sont en effet bien formés pour contôler la situation, mais en vertu de la "Politique d'intervention en matière de violence conjugale" ils devront arrêter l'homme et croire ce que raconte la femme. Ce conseil de signaler le 911 ne peut donc s'appliquer à une homme victime...puisque selon l'évangile féministe qui a l'imprimatur du gouvernement du Québec, il n'y a pas d'homme victime...

Quant aux autres sources d'aide, comme S.O.S Violence conjugale, on peut spéculer sur l'aide qui peut y être accordée à un homme victime.

Le lien "Service d'aide pour les victimes" nous ouvre une fenêtre où nous trouvons :

  1. De nouveau S.O.S. violence conjugale
  2. Centres de santé et de services sociaux
  3. Centre de solidarité lesbienne
  4. Maison des femmes sourdes de Montréal
  5. L'R des femmes (plus féministe que ça, impossible!)

L'État n'a rien à offrir pour les hommes du Québec. Il n'y a que L'APRÈS-RUPTURE, organisme cependant non subventionné, jamais reconnu par notre gouvernement infiltré, noyauté par le lobby féministe victimaire.

Reste la page "Qu'est-ce que la violence conjugale" En ligne: comprendre_acte

Passons sur la définition de violence conjugale qui est extensible à souhait....

En 2007, 17 343 infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal ont été enregistrées par les corps policiers.

Plus de 8 victimes sur 10 étaient des femmes, soit 14 389 femmes et 2 954 hommes.

Voilà: la boucle est bouclée! Les 17 343 infractions n'en sont pas, puisqu'il s'agit de présumées infractions, et les vicitmes n'en sont pas puisqu'il s'agit de présumées victimes. Il s'agit en fait d'événements rapportés à la police et, de ces événements, on ne peut tirer aucune statistique valable sur le taux de victimisation homme/femme, (les hommes savent qu'ils ne peuvent porter plainte sous peine d'être emprisonnés en vertu le la politique d'intervention citée plus haut). Déclarer ou laisser croire que les femmes du Québec sont les victimes de violence conjugale dans la proportion de 85% est une pure fraude intellectuelle.

Quand vous aurez consulté et analysé ce site internet, souvenez-vous qu'il s'agit de déclarations officielles de VOTRE gouvernement!...

L'ÉQUIPE DE L'APRÈS-RUPTURE - <recherche@lapresrupture.qc.ca>
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Polytechnique récupéré, le film

Message  PapaThème le Mar 3 Fév 2009 - 23:14

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


3 février 2009

POLYTECHNIQUE RÉCUPÉ… LE FILM


Je remarque chez les québécois, que notre vie est soldée trop souvent par l’esprit de sanctification et de commémoration des drames et événements obscurs. Ce sujet encore d’actualité sert de propagande haineuse vis-à-vis le sexe opposé. N’y aurait-il pas que des femmes justifiées de porter l’auréole de la martyre? Oui, le 11 septembre aux États-Unis, combien d’hommes ont donné leur vie? On érige aucun monument pour eux ici et là.

Je sympathise avec les familles. Cependant, je ne vois pas du tout l’utilité de se servir de ce massacre pour en faire un film.

Je pense que ce film sert uniquement pour multiplier les subventions en violence faite aux femmes. Nous en remette encore et encore plein la vue, démontre une fois de plus que « c’est un homme » qui a agi de la sorte. On cristallise l’horreur au masculin!

Ce qui m’interpelle le plus.

Nous n’informons pas le public au Québec, annuellement du drame qui s’est déroulé presqu’en même temps en banlieue de Chicago, à Winnetka, un vendredi 20 mai 1988, une jeune femme de 30 ans, Laurie Dann, entre à l’école Hubbard Wood munie de 3 armes de point. Elle se dirige vers une classe de deuxième année et ouvre froidement le feu. Tue un élève et blesse grièvement 5 autres! En plus de blesser un jeune athlète l’a où elle se réfugie avant de s’enlever la vie.

Ce qui serait logique, ce serait de faire également un film pour ne pas oublier le nom de Laurie Dan afin qu’elle soit connue et dénoncée comme celui de Marc Lépine.

Avant le massacre de Montréal, cette femme de Chicago, tira sur cinq garçons en cours élémentaire, empoisonna 2 aides cuisiniers, incendia le bâtiment du Conseil des jeunes juifs, brûla deux jeunes garçons chez eux, tua son propre fils et un jeune garçon de 8 ans l’accusant de l’avoir violée.

Ce que l’on ne veut pas admettre dans cette forme d’hystérie émotionnelle féministe extrémiste, c’est la récupération qu’en font certaines féministes pour décréter que chez les hommes québécois, en eux, sommeil un être violent, et un potentiel « tueur ».

Il n’y a qu’une infime partie des deux sexes violent envers l’autre sexe. Donc, tout ce qui diabolise un genre est sexiste et immoral.

La violence, en cette malheureuse date annuelle, se promène sur les lèvres de la plus part des femmes féministes extrémistes. On multiplie dans les médias l’annonce de nouveaux programmes décriant la violence faite aux femmes. Comme s’il y avait de violence en ce monde que celle faite par les hommes.


Lise Bilodeau,
Présidente fondatrice
L'Action des Nouvelles Conjointes et Nouveaux Conjoints du Québec (ANCQ)
10,009 rue Meredith, Québec (Québec), G2B 2K2
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Silence complice de la ministre de la Justice?

Message  PapaThème le Mar 17 Mar 2009 - 0:24

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


11 mars 2009

SILENCE COMPLICE DE LA MINISTRE DE LA JUSTICE?

Le 24 février dernier, nous faisions parvenir une lettre à la ministre de la justice Madame Kathleen Weil ( en ligne : http://lapresrupture.qc.ca/MinistereJustice.html#1 ) lui demandant de faire enquête sur les agissements de l’Agence de la santé du Saguenay. La non-publication des résultats d’une enquête psychosociale démontrant que les hommes étaient plus souvent victimes de violence conjugale que les femmes nous inquiétait.

En ligne: http://lapresrupture.qc.ca/saguenay.html

Jusqu’à ce jour, la ministre a gardé le silence…La ministre a-t-elle peur de mettre dans l’embarras les groupes de pression féministes de la région qui seraient à la source de cette censure?

Inquiétante justice qui démontre bien l’immunité dont jouit le lobby féministe québécois grassement subventionné infiltré dans le pouvoir politique.

Triste justice qui tolère années après années que ce lobby carbure aux mensonges et élimine toute enquête, toute recherche sérieuse, qui donneraient l’heure juste pour ce qui concerne les réalités sociales du Québec.


L'équipe de L'après-rupture
Contact:
Jean-Claude Boucher
450-772-6812
Jean-Pierre Gagnon
450-464-9095
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Manifeste de L'après-rupture

Message  PapaThème le Mar 17 Mar 2009 - 3:33

Communiqué
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


6 mars 2009
Pour publication immédiate
Contact:
Jean-Claude Boucher - <president@lapresrupture.qc.ca>
450-772-6812
Jean-Pierre Gagnon - <recherche@lapresrupture.qc.ca>
450-464-9095



IL FAUT STOPPER LES DÉGÂTS DU FÉMINISME RADICAL


Après douze années d’existence, après de multiples témoignages d’êtres psychologiquement souffrants, d’hommes, de pères en détresse, L’après-rupture estime être en mesure de jeter un regard lucide sur le Québec d’aujourd’hui. Le Québec va mal. Les finances publiques sont dans un piteux état, le décrochage scolaire, particulièrement chez les garçons, est un drame national, de nombreux suicides affectent annuellement des centaines d'hommes et nos cellules familiales se disloquent de plus en plus. L’après-rupture affirme que le féminisme radical constitue la cause première de tous ces maux qui mènent le Québec droit vers le précipice.

Il est temps que les hommes et les femmes, les pères, les mères qui sont soucieux du bien-être de tous les citoyens et particulièrement celui des enfants dénoncent haut et fort partout où ils le peuvent le cancer féministe radical qui mine les assises de notre société.

Nous avons préparé un manifeste, fruit de nombreuses recherches qui, nous le souhaitons, éclairera les Québécois et les Québécoises au sujet des dégâts du féminisme d’État. Nous espérons que notre manifeste constituera la bougie d’allumage qui permettra aux citoyens de mettre un terme à une idéologie destructrice…

En ligne:
http://lapresrupture.qc.ca/Manifeste.html



-30-
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Loi 198: une catastrophe sociale

Message  PapaThème le Jeu 21 Mai 2009 - 2:50

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


17 mai 2009

LE PROJET DE LOI 198 du PQ...
UNE CATASTROPHE NATIONALE!


LE PARTI QUÉBECOIS VEUT PROTEGER LES PENSIONS ALIMENTAIRES

QUÉBEC, le 14 mai /CNW Telbec/ - La députée de Marguerite-D'Youville et porte-parole du Parti Québécois en matière d'emploi et de solidarité sociale, Monique Richard, a déposé un projet de loi aujourd'hui à l'Assemblée nationale afin d'exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des revenus de diverses lois à caractère social.

«Depuis 1997, les pensions alimentaires pour enfants ne sont plus considérées comme un revenu dans le calcul de l'impôt, ni par Québec ni par Ottawa. Comment expliquer que l'Etat québécois considère toujours cette pension comme un revenu dans plusieurs programmes gouvernementaux? C'est un non-sens, une injustice qu'il faut corriger au nom de milliers de parents monoparentaux, des femmes à très forte majorité», a déclaré Monique Richard.

Elle a rappelé qu'actuellement, la pension alimentaire pour enfants est considérée comme un revenu pour le parent :

<<
- dans le calcul de la prestation de sécurité du revenu accordée à un adulte seul ou à une famille;
- dans l'établissement de la contribution d'un étudiant au programme de prêts et bourses;
- pour déterminer l'admissibilité financière à l'aide juridique;
- dans tous les programmes d'aide au logement administrés par la Société d'habitation du Québec.
>>

Depuis plusieurs années, ils sont nombreux à dénoncer cette situation : le Protecteur du citoyen, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, le Conseil du statut de la femme, la Fédération des femmes du Québec, les fédérations étudiantes de même que de nombreux regroupements d'organismes communautaires oeuvrant auprès des familles à faible revenu, notamment le Front commun des personnes assistées sociales du Québec et la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec.

«Par définition, la pension alimentaire c'est pour subvenir aux besoins essentiels des enfants. Pourtant, l'Etat prive des milliers d'enfants parmi les plus pauvres de jouir de leur pleine pension alimentaire. Il est temps de corriger cette injustice. C'est d'autant plus surprenant quand on sait que le fisc, lui, n'en tient pas compte», a souligné Monique Richard.

Mme Richard a tenu à rappeler que ce projet de loi avait d'abord été présenté par la députée de Crémazie, Lisette Lapointe, en mai 2008, mais que le gouvernement libéral, à l'époque du moins, l'avait ignoré. Pourtant, en mars 2008, une pétition de plus de 9000 signatures avait été déposée à l'Assemblée nationale. Egalement, à l'initiative de la députée de Crémazie, le Parti Québécois avait formellement adopté une résolution lors d'un conseil national afin que l'Etat cesse de considérer les pensions alimentaires comme un revenu.

«La balle est maintenant dans le camp du gouvernement libéral. Après une réflexion d'un an, il faut espérer que ce projet de loi puisse passer à l'étape attendue par des milliers de personnes et qu'il soit adopté rapidement. C'est une question d'équité et de justice sociale», a conclu Monique Richard, qui interpelle particulièrement les ministres Nathalie Normandeau, Sam Hamad, Michelle Courchesne et Kathleen Weil, responsables des quatre lois concernées par le projet de loi 198 déposé à l'Assemblée nationale.



-30-

Mme Monique Richard, députée de Marguerite-D’Youville et porte-parole du Parti québécois en matière de solidarité sociale, a déposé le projet de loi 198 - Loi visant à exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des revenus dans diverses lois à caractère social. Nous aimerions apporter quelques précisions concernant ce projet qui est l'oeuvre du puissant lobby féministe. Sous le couvert de l'aide aux enfants, on s'apprête à planter un nouveau clou dans l'importante institution qu'est la famille en favorisant la monoparentalité et en éliminant encore un peu plus le rôle paternel. Nos familles vont mal et nos enfants en souffrent dans une société qui considère que la famille peut être à peu près n'importe quelle combinaison d'individus. Le pire est que nous nous ventons d'être un modèle international de progrès social alors que nous sommes plutôt le parfait exemple d'une société en pleine décadence morale. Illusion tranquille qui risque de nous éclater en pleine figure avant longtemps, dégât d'un féminisme intouchable, influent, destructeur, infiltré dans le pouvoir politique et dans nos institutions.

Budget annuel d'une mère monoparentale avec deux enfants:

BS : 575$/mois + 108$ (monoparentale) =683$ X 12 = _____ 8 196$
Allocations Qc: 3174$ + 741$ (mono) = _________________ 3 915$
Prestation fiscale (Ca.) =526$ X12 = ___________________ 6 212$
Total _____________________________________ 18 323$

Madame aura également probablement droit à un HLM, chauffé, éclairé, entretenu avec nos impôts, soit une subvention équivalente à 500$ par mois X 12 = _____ 6 000$

Donc un revenu net de 24 323$
(sans mentionner l'accès aux banques alimentaires et vestimentaires, aux soins dentaires gratuits, aux lunettes payées, aux médicaments gratuits, etc... )

Pension alimentaire des enfants selon le projet des féministes et la grille de calcul :
4 980$
( http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/generale/table08.htm )

Un revenu net, sans travailler, sans assumer de dépenses de transport, d'habillement ou de repas à l'extérieur de 29 303$ équivalent à un salaire brut avant impôts et dépenses afférentes de plus ou moins 45 000$ ou 22$ l'heure sur une base de 40h/semaine (pas mal pour garder deux enfants!)

Le père, lui, expulsé de la maison, éloigné de ses enfants, aura le taux d'imposition de célibataire et devra assumer seul ses frais de subsistance:

Salaire moyen au Québec 15$/heure X 40 = 600$ = ___ 31 200$
Après impôts, DAS et assurance médicament = _______ 23 920$
Transport, repas à l'extérieur et habillement = _________ 1 500$
Revenu net ___________________________________ 22 400$
Moins la pension ________________________________ 4 980$
Total revenu net ______________________________ 17 420$

Avec un tel revenu, le père financièrement lessivé pourra se payer:

Loyer: 500$ X 12 = ______ 6 000$
Électricité chauffage = _____ 4 80$
Nourriture, savon etc = ___ 4 000$

Il est riche! Il lui reste 6 940$ (133$ par semaine) pour payer sa Ferrari, son rhum de Cuba et faire de magnifiques sorties avec ses enfants un week-end sur deux...

L'APRÈS-RUPTURE estime que, si le projet de loi est adopté par les députés, il constituerait une nouvelle injustice sociale habilement orchestrée par le puissant lobby féministe. Elle contribuerait à encourager un peu plus à l'éclatement des familles en favorisant le divorce, le parasitisme institutionnalisé et la forte tentation pour les pères expulsés de leur famille d'adhérer au bien-être social et de travailler au noir. Appauvrissement garanti de toute la société québécoise. Le Parti Québécois fait de la politique à courte vue en présentant un projet de loi aussi catastrophique pour nos familles.

Nous suggérons que les pensions alimentaires soient automatiquement versées dans un régime étude qui pourrait être utilisé plus tard par les enfants concernés...


L'équipe de L'APRÈS-RUPTURE

Contact: Jean-Pierre Gagnon - <recherche@lapresrupture.qc.ca>
514-464-9095
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Deux fois plus d'hommes que de femmes victimes...

Message  PapaThème le Lun 15 Juin 2009 - 23:16

Communiqué
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.



27 mai 2009


Deux fois plus d'hommes victimes de violence conjugale physique sévère que de femmes...

C'est ce qui ressort d'un sondage scientifique important réalisé par l'Agence de Santé du Saguenay-Lac-St-Jean jusqu'ici resté secret parce qu'il contredisait les affirmations victimaires du lobby féministe et surtout qu'il allait à l'encontre des fausses statistiques en matière de violence conjugale utilisées par le Ministère de la Santé et des Services sociaux depuis les années 80.

Une copie de ce sondage et des rapports relatifs à celui-ci ont été obtenus par l'équipe de recherche de L'APRÈS-RUPTURE en février dernier grâce à la Loi d'accès à l'information... ( En ligne : saguenay.html )

Quelques chiffres.....

Jusqu'à aujourd'hui, les autorités gouvernementales, particulièrement le Ministère de la Santé et des Services sociaux, ont refusé de reconnaître les travaux scientifiquement irréprochables de tous les experts neutres dans le dossier de la violence conjugale qui confirment que ce type de violence affecte gravement les hommes et parfois plus les hommes que les femmes.

En ligne:
lapresrupture/recherche
stat.gouv.qc.ca_violence_04_pdf
stat.gouv.qc.ca_violence_99_pdf
pubpages.unh.edu_pdf
csulb.edu_assault.htm
stat.gouv.qc.ca_AspectViolen.pdf
stat.gouv.qc.ca_conditions_Oct04_pdf
document_publication.nsf_OpenDocument
tqs.ca/videos/avec-andre-arthur-campagne-contre-la-violence-conjugale_partie-1.php
tqs.ca/videos/avec-andre-arthur-campagne-contre-la-violence-conjugale_partie-2.php
Gender-Paradigm-in-Domestic-Violence-Aggression-and-Violent-Behaviour-Vol10-No6.pdf
associationdessexologues.com_articles.php
wikipedia.org_Violence_des_femmes

Le Ministère de la Santé et les organismes féministes grassement subventionnés ont carrément trompé la population au fil des ans en masquant la réalité de la violence conjugale.

Les politiques et programmes gouvernementaux québécois en matière de violence conjugale sont fondés sur des aberrations statistiques et des enquêtes sans aucune valeur scientifique élaborées par des groupes de pression féministes et des "chercheuses" à la solde de ces groupes de pression.

Mis au courant par une lettre de L'APRÈS-RUPTURE, ( lapresrupture.qc.ca/MinistereSecurite.html ) le Ministre de la Sécurité publique a, jusqu'à ce jour, refusé, omis ou négligé de faire enquête pour éclaircir le dossier du sondage censuré par l'Agence de la Santé du Saguenay-Lac-St-Jean ci-haut mentionné. Y a-t-il eu agissements criminels de la part de certains individus de l'Agence privant ainsi la citoyens d'informations majeures concernant la santé de la population mâle? A-t-on sciemment éliminé des services d'aide aux hommes victimes de violence conjugale dans cette région?...

Il est urgent que le gouvernement du Québec assume ses responsabilités et fasse la lumière sur toute cette imposture.



L'équipe de L'après-rupture
Contact:
Jean-Claude Boucher - <president@lapresrupture.qc.ca>
450-772-6812
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

LA CAMPAGNE DE PEUR DES CALACS...

Message  PapaThème le Mar 22 Sep 2009 - 13:04

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.



22 septembre 2009


LA CAMPAGNE DE PEUR DES CALACS...


Les Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) mènent actuellement au Québec une véritable campagne de peur dans les médias. Si les chiffres de ces organismes étaient exacts pour ce qui concerne la violence faite aux femmes au Québec, il faudrait demander rapidement l'intervention des forces de l'ONU pour arrêter et mettre en prison des milliers de mâles québécois, véritables brutes sexuelles et agresseurs redoutables dans les relations conjugales.

Un exemple parmi d'autres repris en choeur par certains journalistes "professionnels"...

"Selon Nada Massé, coordonnatrice du CALACS à Tire-d'Aile, il en demande un courage énorme aux femmes de dénoncer leur agresseur, car le processus judiciaire est souvent long et ardu. C'est peut-être ce qui explique qu'il n'y aurait que 10% des femmes qui dénonce leurs agresseurs en justice. Autre statistique alarmante, Mme Massé souligne qu'une femme sur trois aura subi au moins une agression sexuelle et qu'une femme sur quatre sera victime de violence conjugale au cours de sa vie."

En ligne: http://icilevis.com/fr/index-lecture.aspx?sortcode=1.34.39&id_article=2112

Pourtant:

Il y a baisse du taux de criminalité depuis le début des années 1990 au Canada et au Québec.

Dans le cas des crimes de violence, il y a eu une baisse importante des crimes les plus graves depuis le début des années 1990, par exemple, les homicides et les vols qualifiés (c’est-à-dire les vols commis en utilisant une arme ou la violence physique ou en menaçant d’utiliser une arme ou la violence physique). Même chose en ce qui concerne les voies de fait de Niveau III (mutilant ou défigurant la victime ou mettant sa vie en danger) ont également enregistré une diminution importante Il en est de même en ce qui a trait aux agressions sexuelles de niveau II et de niveau III.

En somme les crimes les plus graves ont diminué considérablement depuis le début des années 1990.

La hausse des crimes avec violence depuis le début des années 1980 au Canda résulte à peu près essentiellement de la hausse des voies de fait de niveau I (infraction de violence les moins graves, commises sans utiliser d’armes et sans causer de blessures) et de l’introduction de nouveaux types d’infractions comme les infractions de «Proférer des menaces» et les infractions de «Harcèlement criminel» ou celle d’appels menaçant ou harcelant.

Pour avoir plus de détails sur ces évolutions consulter les documents suivants (qui présentent les principaux résultats pour le Québec et pour le Canada)

http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/conditions/pdf2005/donn_sociale05c10.pdf

Voir également le rapport L’exploration des tendances de la criminalité au Canada, publié par statistique Canada

http://www.statcan.gc.ca/pub/85-561-m/85-561-m2005005-fra.pdf

Voir également le dernier rapport du Ministère de la Sécurité publique du Québec sur la criminalité au Québec et le tableau 4.1 (p. 96-97) sur les tendances des infractions au cours des dix dernières années :

http://www.msp.gouv.qc.ca/prevention/statistiques/criminalite/2007/statistiques.pdf

Il est également possible de consulter les autres publications de Statistique Canada, notamment les différentes parutions du bulletin Juristat, qui analysent les tendances de la criminalité au Canada.

Malheureusement, ces études et enquêtes sérieuses sont rarement repris par les médias qui préfèrent s'en remettre aux groupes de pression qui disent n'importe quoi et qui trompent les lecteurs et la population en général.



L'ÉQUIPE DE L'APRÈS-RUPTURE

Contact:
Jean-Pierre Gagnon : <jeanpierre.gagnon@sympatico.ca>
Directeur de recherche
avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

PARASITES FÉMINISTES… HARPER COUPE LES FONDS

Message  PapaThème le Mer 5 Mai 2010 - 22:55

Lettre ouverte
L'après-rupture

Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.


22 septembre 2009


PARASITES FÉMINISTES… HARPER COUPE LES FONDS

ENFIN!

Il était plus que temps que nos élus coupent les fonds aux organisations féministes parasites qui, au fil des ans, ont fait de la martyrologie féminine basée sur des absurdités statistiques une industrie fort lucrative.


Radio-Canada
Information
En ligne: L'opposition dénonce une culture d'intimidation

Condition féminine
L'opposition dénonce une culture d'intimidation

Mise à jour le mercredi 5 mai 2010

(...)

Certains groupes, notamment le Conseil d'intervention pour l'accès des femmes au travail (CIAFT), le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec et l'organisme Match, ont toutefois déclaré au quotidien Le Devoir avoir été surpris qu'Ottawa retire leur financement cette année.

La directrice générale de Match, Kim Bulger, a dit croire que les compressions étaient motivées par l'idéologie du gouvernement. « Quand 12 groupes en deux semaines se font dire non, on ne peut pas ne pas penser que c'est réfléchi, qu'il y a un pattern, qu'il s'agit d'une attaque contre les groupes de femmes et les groupes militants », a déclaré Mme Bulger au Devoir.

(...)

Souhaitons qu’il ne s’agit que le début d’un grand ménage dans tout le réseau féministe victimaire amorcé par le gouvernement fédéral, que les gouvernements provinciaux embarqueront dans cette épuration, de même que tous autres bailleurs de fonds qui alimentent la multitude d’organismes féministes avaleurs de fonds publics.

Les nombreuses dénonciations de L’APRÈS-RUPTURE des excès des organisations féministes rejoignent enfin nos élus…



L’équipe de L’APRÈS-RUPTURE

avatar
PapaThème
Admin

Masculin
Nombre de messages : 644
Localisation : La Vallée de l'Or, Planète Terre, Système Solaire
Date d'inscription : 19/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'après-rupture - Ateliers pour les liens père-enfants, Inc.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum